.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Partagez|

Post tenebras lux || Reno ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Message
❝ POINTS : 139

MessageSujet: Post tenebras lux || Reno ♥ Mer 3 Juin - 15:01


{ chronologiquement, se situe avant l’hôpital et donc avant que Mischa ne découvre que Nikolaevich est son père. }

Post tenebras lux
renovatio & mischa
La plupart du temps, Mischa – non pardon, лев agissait en solo. Ce n'était qu'il préférait ou qu'il était meilleur seul, c'était juste ainsi. Moins il fréquentait les hommes de main de son oncle, mieux il se portait. Mais ce soir, Nikolaevich avait fait demandé son chien le plus talentueux, pour accompagner une équipe pour un “nettoyage de printemps”. Liquidation de masse en somme, histoire de faire un peu le ménage parmi certains contacts du mafieux. L'aîné des Russianov s'était donc préparé, chargeant son flingue et enfilant sa tenue de travail sous sa veste. Il avait embrassé Ryan sur le front avant de partir, lui disant qu'il sortait boire un verre avec des amis. En soit ce n'était pas totalement un mensonge, puisqu'il avait effectivement bu quelques verres d'une vodka de mauvaise qualité américaine avec ses hommes. Il avait seulement occulté de dire à sa colocataire qu'avant le verre, il avait été descendre une dizaine de gars, leur explosant la cervelle d'une balle dans la tête sans le moindre état d'âme.

Actuellement, ils remontaient dans les ruelles de la ville basse à pieds, retournant au bordel appartenant à Nikolaevich qui leur servait de ‘base’. Mischa marchait un peu en arrière, ricanant à une plaisanterie un peu grasse d'un des hommes, les mains dans les poches. Il avait un peu de sang sur sa tenue, comme toujours. Des giclées de ses victimes, mais il n'y prêtait pas attention. De loin, il aperçu les lumières des gyrophares d'une voiture de police qui s'éloignait. Peut-être André. Il lui semblait que son cousin lui avait dit être en service ce soir d'ailleurs. Le blond hésita un instant à lui envoyer un sms pour aller le retrouver ensuite. Ou bien il pourrait aller rejoindre Elliot sur les toits sinon. Il n'avait pas spécialement envie de rentrer tout de suite, le sommeil ne le guettait pas au contraire il semblait le fuir ce soir. L'adrénaline de la chasse et du meurtre coulait encore dans ses veines et son corps, habitué à cette sensation qui agissait parfois comme une drogue, réclamait d'avantage.

Le Russianov redressa la tête en voyant deux ou trois de ses camarades s'agiter et s'avancer vers une petite ruelle qui, il le savait pour avoir mémoriser la topographie de la ville basse à force de l'arpenter tous les soirs ou presque, débouchait sur un cul-de-sac. Alors qu'est-ce qu'il pouvait bien y avoir d'intéressant ici ? Mischa apostropha l'un d'eux :

« Ну, то, что происходит? [ Eh, qu'est-ce qui se passe ? ] »
« Босс. Егор увидел какое-то движение ...[Patron. Yegor à vu un truc bouger... ] »

À peine ce dernier avait-il fini sa phrase que Mischa pu voir Yegor et son camarade revenir de la ruelle. En volant. Le russe, qui pesait tout de même une bonne centaine de kilogrammes de muscles et mesurait un mètre quatre-vingt-dix au bas mot, venait de se faire éjecter comme une plume, pour aller s'écraser sur des poubelles de l'autre côté de la ruelle en criant comme une fillette, de même que l'autre. Jude le regarda passer sans bouger, clignant vaguement des yeux d'un air un peu surpris alors que près de lui les autres poussaient des exclamations de surprise et d'incompréhension.

Ce n'était pas un spectacle tout à fait banal il faut dire. Qu'est-ce qu'il pouvait bien y avoir dans cette ruelle ? Voyant ses hommes déjà sortir leurs armes, Mischa décida de prendre les devants et s'avança en quelques rapides enjambées, leur faisant signe d'un geste de la main de ne pas le suivre. Par réflexe, il porta sa main à sa ceinture, ou son pistolet reposait. Cependant, il laissa tomber son bras en découvrant ce qui se dissimulait, derrière une poubelle, entre deux cartons vides.

« Who, eh bah. Si je m'attendais. »

Un jeune homme, plutôt maigre et pas très vieux, probablement la vingtaine. Il avait les cheveux blancs et portait une simple blouse informe comme celle qu'avait les personnes hospitalisées. Le plus surprenant dans son apparence, demeurait cependant la paire d'ailes membraneuses qui jaillissait d'entre ses omoplates. Bon sang, sur quoi il était encore tombé ?

Cependant, on parlait de Mischa. Il avait vu bon nombre de bizarreries en vingt-trois années d'existence après tout. Et ce gosse – oui bon il devait avoir son âge mais vu sa carrure de crevette, c'était un môme du point de vu du slave et de son mètre quatre-vingt – ne semblait pas spécialement dangereux. Juste perdu et déboussolé et probablement qu'il avait vécu quelques trucs pas bien drôle pour se retrouver ici dans cet état. Aussi le blond, fit-il un signe de tête à ses hommes et leur adressa quelques brefs mots en russe afin de leur dire qu'il maîtrisait la situation et qu'ils pouvaient partir devant. L'un d'eux voulut protester, mais le regard sombre que lui lança le neveu de Nikolaevich suffit à le dissuader de finir sa phrase et ils partirent.

Se retrouvant donc seul avec le gosse ailé, Mischa se tourna vers lui. Il s'accroupit pour se mettre à sa hauteur, à quelques pas pour ne pas l'effrayer. Le blond lui offrit un sourire doux et rassurant, comme ceux que lui donnait Marie quand il était enfant et qu'il avait peur ou qu'il faisait un cauchemar. Sa tante avait toujours les mots et le sourire lumineux qui l'apaisait. Il voulait simplement mettre ce garçon en confiance.

« Salut, ça va ? » ...sérieusement, Mischa tu l'as regardé ? Il a l'air de tout, sauf d'aller bien. Le slave poursuivit. « C'est pas trop un endroit pour trainer tu sais gamin. T'es perdu ? Sympa tes ailes au fait. Elles sont cools. Et puis c'était fun la manière dont t'as envoyé Yegor dans le décor ahah! Oh, ça rime en plus. »  

Premier contact. Bienvenue dans le monde de Mischa, petit.
electric bird.

   


Dernière édition par Mischa J. Russianov le Jeu 14 Jan - 8:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 205

MessageSujet: Re: Post tenebras lux || Reno ♥ Sam 6 Juin - 9:16




Post tenebras lux
renovatio & mischa
Tu ouvres les yeux sur l’obscurité. Telle est la première chose que tu aperçois. Serait-ce là un avant-goût de cette existence à venir pour ta petite personne ? Même moi ne saurais le dire. Alors je t’observe battre des paupières, te redresser sur tes avant-bras avec une force encore engourdie, comme si tu sortais d’un long, très long sommeil. Tu respires, trouve ceci bien étrange, comme sensation. Tu as l’impression de recommencer à respirer pour la première fois depuis bien longtemps, n’est-ce pas ? Je sais, je le sais bien. Mieux que personne, même. Mieux que toi-même, mon doux trésor.

Je sais aussi que tu dois être très perturbé, c’est évident. Tes yeux clairs se redressent vers le ciel, noir d’encre. Il n’y a pas une seule étoile, ce soir, pour t’illusionner d’une compagnie inexistante et seulement psychologique. Ceci dit, aurais-tu réellement besoin de la chaleur froide d’un astre déjà disparu de la galaxie ? Je ne pense pas. Tu as besoin d’autre chose, mais définir quoi est un mystère. Tu frissonnes, mon adoré. Tes mains encerclent ta tête alors que tu te fais une réflexion somme toute naturelle, logique. Tu ne te souviens de rien. Ton crâne est comme vide, tes souvenirs sont territoires inconnus et hostiles. Ta mémoire ? Semblerait-il qu’elle est pris congé de toi sans te demander ton consentement au préalable.

Tu trembles, mon cœur. La seule chose dont tu te souviens est ton nom. Renovatio. D’où vient-il et qui te l’a donné ? A cela tu ne peux répondre. Tu as froid, tu as peur. Réellement, cet endroit ne t’inspires pas confiance le moins du monde et tu as bien raison. La manifestation de ton instinct primaire parvient encore à te donner des impressions justifiées. Tu souffles, aimerait savoir où tu te trouves, exactement. C’est bien, enfin tu initiative. Je suis fière de toi, petite créature angélique. Oh, si seulement tu savais… Mais ce n’est pas encore l’heure. A la place, tu tentes de te lever mais retombes immédiatement en arrière, dans des palettes de bois pourrissantes et imbibées d’eau de pluie depuis sans doute bien trop longtemps. Tu t’es fait mal, un peu.

Et puis, tu remarques, en tournant la tête vers l’arrière, que quelque chose se trouve dans ton dos. C’est lourd et te surprends. Tu veux sauter en avant pour t’en éloigner mais il semblerait que ce ne soit guère possible. Tu as de nouveau peur, avec un cran de terreur supplémentaire. Je suis tellement désolée, si tu savais. J’aimerai tant pouvoir te rassurer, te prendre dans mes bras comme autrefois et apaiser tes frayeurs. J’en meurs d’envie mais ce n’est pas possible, pour mon plus grand malheur. En lieu et place d’une présence faite de chair et d’os, je dois me contenter de veiller sur ta personne, de loin, tout en étant si proche que si j’étais incarnée, tu me sentirais poser une main aimante sur ton épaule. Sauf qu’il n’en est rien et me voici condamnée à te regarder paniquer, tomber, te relever, tomber encore et finalement te recroqueviller dans un coin de ce cul-de-sac, faisant dos à l’entrée de la ruelle. Me voici piégée dans un rôle d’ange gardien d’un ange. Qu’elle ironie. Mais au fond, cette situation me convient par certains aspects. Je peux être avec toi bien plus souvent, maintenant.  Voyons le positif.

Tes mains, doucement, tente de s’approcher de ces choses que tu sens être rivées à ton dos. Des ailes ? Étranges, elles ne portent pas de plumes. Il n’y a là que de la peau bleue et lisse. Tes doigts s’y égarent et tu frissonnes. Elles sont, apparemment, pourvues d’une haute sensibilité, ces choses-là. Renovatio, mon adorable ressuscité ignorant, tu ne sais pas quoi en faire. Et pourtant, tu ne sembles guère en être effrayé. Au contraire. Plutôt que de la peur, désormais, dans ton regard on peut lire de la curiosité. Tu veux en savoir plus. Tu veux réfléchir, faire marcher tes méninges. Fais donc cela, ton esprit n’en sera que plus rapidement guérit de la sorte. Je suis certaine de ce que j’avance.

Seulement, je vois deux hommes qui s’approchent de toi, sans discrétion aucune. Pourtant, mon cœur, tu ne les vois pas, trop pris par la contemplation de tes deux superbes membranes. Ils te parlent, mais c’est exactement comme s’ils n’existaient pas ici-bas. Il n’y a que ce que tes yeux peuvent voir qui compte, présentement.

Fatalement, l’un d’eux veut ton attention. Il attrape l’une de tes ailes, y appliquant une forte pression de la paume. Ce geste ne te plait pas, si bien que ton premier réflexe est de sauter sur tes jambes, faisant par la même occasion se déployées tes deux alliées avec force. Certes, tu retombes aussitôt, mais au moins, la force de propulsion que tu as créé éjecta rapidement les impertinents de l’autre côté de la rue que tu n’as pas encore vu. Chaque chose en son temps, je suis d’accord. En attendant, la panique ne t’a pas quittée, elle. Et voici qu’un troisième homme se rapproche de toi. Tu te méfies et tu as bien raison, trésor. Cette fois, pourtant, il semble que les choses ne se déroulent pas comme précédemment. Celui-là est différent. Il se met à la même hauteur que toi, s’accroupissant. Tu l’écoutes, comprenant qu’il cherche à entrer en contact avec toi. En soit, sa tentative est peut-être noble, mais elle t’agace prodigieusement. Ou plutôt, ses mots te vexent. Car si tu ne sais pas réellement ce que tu es, tu sais avant tout ce que tu n’es pas. Et tu le fais savoir en te redressant vivement, tes jambes flageolantes, toujours. Ton poing droit s’écrase sur le mur derrière toi. Tu grimaces, saignes un peu, mais n’en tiens pas compte.

« JE NE SUIS PAS UN GAMIN ! »

Tes ailes, que tu ne contrôles pas encore parfaitement, viennent cogner les murs aussi, s’y éraflant. Ça fait mal mais pour le moment, la pire des douleurs, elle est dans ta tête. Tu voudrais tant, tant savoir qui tu es et pourquoi tu t’es réveillé là. Une hypothèse te vient alors.

« C’est toi qui m’a mis là ? »

Ta voix est encore un peu rauque, comme si elle manquait d’exercice. Peu t’importe. Tu regardes le jeune homme blond, le fusillant avec ton regard clair.
electric bird.

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 139

MessageSujet: Re: Post tenebras lux || Reno ♥ Jeu 11 Juin - 13:42


Post tenebras lux
renovatio & mischa
Un coup d'oeil en arrière, juste par sûreté. Mischa se concentra sur les sons qu'il percevait, écoutant les bruits de pas de ses camarades qui s'éloignaient. Bien. Ils avaient obéi et partaient, comme il leur avait demandé. Le jeune homme n'avait pas spécialement envie qu'on vienne le déranger, la tâche s'annonçait déjà suffisamment compliqué ainsi. Le garçon, qui qu'il soit, ne semblait pas du genre coopératif et docile. Il suffisait de voir la manière dont il avait envoyé valser le mastodonte du groupe dans le décors. Le slave se retint de pouffer, mais sourit intérieurement à ce souvenir. C'était quand même sacrément drôle il faut dire, que de regarder ce grand machin russe se faire éjecté par une crevette du genre du petit gars.

Parlant de ce dernier, l'attention du Russianov se reporte sur lui. Il l'observe, à la même hauteur désormais qu'il est accroupi. L'autre cependant, semble mal prendre ses paroles. Il est clairement nerveux, déboussolé et totalement paumé. Il réagit un peu comme un animal sauvage à vrai dire, sur la défensive et semblant prompt à mordre la main qui se tendrait imprudemment vers lui. Lui faire comprendre qu'il n'était pas son ami ne risquait pas d'être simple, réalisa Jude. Surtout en considérant son flingue glissé dans l'arrière de sa ceinture et les tâches de sang qui restent sur ses vêtements. Mais il ne pouvait décemment pas repartir et faire comme s'il n'avait rien vu. Il ne pouvait pas laisser ce gosse.

Ah non pardon, ce n'est pas un gamin, il le clame d'ailleurs de toutes ses forces. Il se redresse et tape du poing, sa voix vacillante ne parvenant à se stabiliser sur une note, tantôt aigue, tantôt rauque. Mischa lève les mains devant lui, bien en évidence, et fait un geste d’apaisement. Sa voix demeure douce et il ne semble nullement perturbé par l'air agressif du jeune homme ou son apparence peu commune.

« Ok, ok. T'es pas un gamin, si ça se trouve t'as juste une excellente crème anti-ride t'aurais l'âge d'être mon grand-père. » non Mischa c'était pas drôle, crétin. Il reprends, en se relevant lentement, constatant au passage que le garçon est bien plus petit que toi. « Mais dans ce cas, tu peux me dire quel âge tu as ? Ou bien ton nom aussi... D'ailleurs, moi c'est Mischa, enchanté ! »

Il sourit d'avantage, avec ce visage rayonnant qui le caractérise, se fichant pas mal qu'ils se trouvent dans un des cul-de-sac les plus glauques de la partie basse de la cité. Pas vraiment l'endroit idéal pour taper la conversation. Sentant toujours son regard sombre sur sa personne et entendant sa question assez curieuse, le Russianov reprit :

« Moi ? Non, les mignons comme toi c'est pas entre deux poubelles que je les range. » il lui fait un clin d'oeil, toujours dans le but de le détendre. « J'viens seulement de te trouver. Et tu m'avais l'air tellement paumé que je pouvais pas te laisser, les chatons abandonnés j'ai toujours adoré ça enfin, » il jette un coup d'oeil à ses ailes. « j'ai encore jamais trouvé de chaton ailé jusqu'à aujourd'hui. »

Le slave se frotta la nuque. Comment ce jeune homme s'était-il retrouvé ici n'empêche ? Et qu'était-il ? Il demanda mentalement à Bastet, étonné d'ailleurs du silence de la déesse. D'ordinaire, celle-ci l'aurait déjà sermonné et mit en garde concernant le garçon aux cheveux blancs, soupirant et se plaignant qu'il était trop insouciant et que s'il se fourrait dans les ennuis, il ne pourrai s'en prendre qu'à lui-même. Mais non, cette fois elle demeurait silencieuse, étrangement.

Après quelques appels mentaux répétés de la part de son hôte, elle se décida à répondre enfin, songeuse semble-t-il “ Son odeur... elle est différente. Je ne sais pas ce qu'il est, mais ce n'est pas humain. ” Ah oui c'est vrai qu'il avait un parfum incroyablement doux et agréable à humer. Mischa ne l'avait pas remarqué tout de suite à cause des relents des ordures, mais de près cela se remarquait d'avantage.
electric bird.

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 205

MessageSujet: Re: Post tenebras lux || Reno ♥ Jeu 11 Juin - 21:02




Post tenebras lux
renovatio & mischa
Tu ne te sens pas à l’aise, mon cher trésor. Loin de là, même. Tu ressens, certes, que ce garçon, si étrange soit-il, essaie de te détendre, mais c’est plus fort que toi, tu ne parviens pas à t’accrocher à cette graine de sympathie. Tu n’as que faire de ses paroles, ses gestes prévenants ou quoi que ce soit d’autres venant de lui.

Pourtant,  et peut-être est-ce une sorte de miracle qui s’annonce ici, il parvient à capter ton attention. Qui aurait pu croire que tu laisserais tes ailes membraneuses retomber sur le sol, venant se souiller les choses présentes sur ce tas de roc artificiel détrempé par la pluie ? Certainement pas moi, de prime abord. Tout du moins, j’aurais pensé que dans l’état actuel des choses, tu te fasses revêche encore un peu plus longtemps.

Heureusement, ceci ne semble pas être le cas et tu baisses, un temps, ta posture offensive. Tu n’en es pas moins sur le qui-vive, certes, mais au moins l’oppression n’est plus aussi présente qu’elle ne l’était auparavant. Tu profites de ce petit moment où la tension chute de quelques niveaux pour t’interroger. Qui tu es ? Si seulement tu le savais. Ton âge ? Encore moins renseigné à ce propos tu demeures. Ta mémoire est creuse. Tu as peur, tu es terrorisé par cette sensation de vide que tu ne peux chasser, dont tu ne peux te défaire. Tu la sens bien, collée à ta peau, incrustée dans tes entrailles, semant le froid entre tes organes. Tu as envie de vomir, mon pauvre chéri. Je sais, c’est désagréable.

Tes mains rejoignent les deux côtés de ta tête, comme si tu avais peur qu’elle aussi ne décide, subitement, de prendre son envol. En soit, dans cette ville, ce ne serait pas étonnant mais tu ne le sais pas encore. J’aimerai tant pouvoir te mettre sur la voie mais je ne le puis. C’est ta croix, ainsi fossilisée, qu’il t’incombe de porter jusqu’au moment où tu auras recouvré tout tes souvenirs. Mais nous n’y sommes pas encore. Pour le moment, ton corps commence à frissonner. Il fait froid, ici, tu t’en rends compte, maintenant que la chaleur de ta colère se dissipe un peu plus. La ruelle est humide et n’arrange rien à cet état de fait, donc. Pourtant, tu ne perds pas de vue tes objectifs, les seuls auxquels tu peux encore te raccrocher pour le moment.

« J’sais…. Pas. Mais mon nom c’est Ren-Renovatio. Je crois. J’sais pas. Je ne me souviens que d’ça… »

Ta voix,  enrouée, commence malgré tout à se stabiliser. Il n’aura pas fallu longtemps, finalement. Peut-être même que si tu n’avais pas hurlé dès les premiers instants, elle aurait été fluide immédiatement. Qui peut savoir, au final ? Le fait est que ta gorge est tout de même encore un peu douloureuse.

Fais attention, mon trésor… Si tes griffures aux ailes et aux mains sont déjà en train de guérir, ce n’est pas une raison pour en faire une habitude et prendre goût à ce genre de réactions, d’accord ? Il m’est déjà suffisamment pénible de ne plus pouvoir te serrer contre moi pour te rassurer ou te consoler après une petite chute, alors prend au moins soin de toi, ne serait-ce qu’un peu. Et ne dépend plus de quiconque, c’est très important.

Tu continues sur ta lancée de réflexions. Enfin, tes yeux, un peu plus habitués à l’obscurité ambiante, maintenant, distingue un peu mieux ce qui t’entoure. Ce n’est pas ce qu’il y a de plus rassurant ici-bas, ni même de première fraicheur, mais ce n’est pas bien grave. Pour toi, ceci importe peu, tu veux savoir, tu veux que l’on te renseigne. Tu ne veux plus être un ignorant, jamais. De bien belles paroles venant d’un homme perdu dans ce vaste monde ; tu goutes à la sensation de milliers d’êtres humains foulant du pied cette terre qui est la leur. Au final, il t’aura fallu renoncer une fois à la vie pour enfin te sentir proche de ceux que tu admirait secrètement. Dommage que le résultat n’eut pas été à la hauteur de tees espérances qui, pour l’heure, reste muette à tes appels muets et inconscients.

Je m’égare. De cela tu n’es plus au courant. Il faut laisser les choses se faire, sans jamais brusquer ou bruler les étapes. Il serait de mauvais gout de  ressasser de l’inutilité pour le simple plaisir de le faire. Peu importe, voici que tu oses reposer une question. Tu prends de l’assurance, mon trésor, c’est bien. Je suis fière de toi malgré tout.

« j’suis ? C’quoi c’t’endroit ? »

La forme et le fond sont un peu divergents l’un de l’autre mais dans les faits, tu parviens tout de même à te faire comprendre. N’est-ce pas là, au fond, la chose la plus essentielle pour avancer à la recherche de soi-même ; se faire comprendre des êtres nous étant semblables ? Si, sans doute un peu. Je ne puis que me figurer la solitude de Noé, dans le fond, en pensant de la sorte. Au moins, toi, mon cher petit, tu n’auras pas à subir cette punition divine. J’en remercie les cieux et notre Seigneur bienveillant par la même occasion. Il ne m’a certes pas redonné de corps mais au moins, il t’a  gardé de ce genre de folie furieuse contre laquelle même mon secours muet n’aurait été d’une quelconque utilité.

electric bird.

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 139

MessageSujet: Re: Post tenebras lux || Reno ♥ Jeu 18 Juin - 21:05


Post tenebras lux
renovatio & mischa
Un petit soulagement picote le cœur de Mischa en voyant les ailes du garçon se détendre et retomber sur le sol, n'étant plus désormais dressées autour de lui dans une sorte de posture défensive. Bien. Il semblerai qu'il ait réussi au minimum à capter son attention et à lui faire comprendre qu'il n'était pas un ennemi. Le blond se redresse un peu, ragaillardi par cette constatation. Il n'avait aucune envie de se battre avec ce môme -définitivement vu sa carrure de crevette il ne pouvait être autre chose pour lui. L'autre était chétif et complètement paumé, Mischa ne savait pas ce qu'il lui était arrivé, mais probablement rien de très agréable pour en arriver là. Et il avait bien envie de l'aider, parce qu'il lui inspirait peine et sympathie.

Évidemment, ce genre de mentalité ne plut guère à sa ‘colocataire’. Bastet se récria depuis les tréfonds de son esprit : “tu plaisantes ? Je viens de te dire qu'il n'était pas humain, il est potentiellement très dangereux Mischa, tu ne peux pas juste le trouver mignon et te prendre d'affection pour lui comme d'un chaton des rues !”. Le slave ria intérieurement, lui affirmant que tout se passerait bien et qu'elle avait juste à se relaxer. Ce qui eut le don de faire grogner d'exaspération la déesse, qui rageait contre son hôte dépourvu de cervelle et totalement inconscient de son propre avis. La laissant ruminer dans son coin, Jude se concentra de nouveau sur son protégé auto-désigné. Il haussa cependant un sourcil en constatant que les éraflures qu'il s'était fait commençait déjà à cicatrice, mais ne fit pas de commentaire. Si encore la régénération instantanée était le truc le plus étrange de cette soirée...

Le voyant porter ses mains à sa tête, comme en proie à la migraine, Mischa s'empressa de continuer à parler, ayant comme l'impression que sa voix parvenait à l’apaiser, ou du moins à l'occuper suffisamment pour qu'il ne pense pas trop et ne panique.

« Hey, reste calme tout va bien, il t'arrivera rien. Tu dois souffrir d'une petite perte de mémoire, rien de grave. Ça va vite te revenir j'en suis sûr, alors t'inquiètes ! » souffla-t-il pour le réconforter.

Cependant, il ne pouvait affirmer ce genre de choses de manière parfaitement sincère. Il n'en savait rien après tout, il ignorait tout de ce gosse et de ce qui lui était arrivé. Mais la priorité, c'était le présent et voir ce qu'il allait faire de lui. De Renovatio donc. Drôle de nom. Ça sonnait un peu latin, c'était pas très commun en tout cas, du moins dans la région. De toutes manières, il n'a pas vraiment le profil de l'américain moyen. Peut-être un immigré ? Reste cependant le problème des ailes, qui l'éloigne de la catégorie 'humain normal' définitivement.

En entendant sa question, il sourit un peu, attendrit par le côté totalement paumé de son vis-à-vis. Le pauvre semble totalement déboussolé et on le croirait débarqué d'une autre planète.

« Laurel, Etats-Unis, Amérique, planète Terre. Ça te parle un peu tout ça, ou pas du tout ? Ah et pour info, là on est dans un cul-de-sac entre deux poubelles, mais toute la ville est pas comme ça je te rassures. »

L'observant avec douceur, Mischa soupira un peu, se creusant la tête. Qu'est-ce qu'il allait faire de ce petit gars ? Il pouvait toujours le ramener chez lui pour le moment, Ryan n'y verrait sans doute pas le moindre inconvénient. Mais s'il avait des ennuis et des personnes mal-intentionnées après lui, son appartement n'était pas la planque idéale et ça risquerait d'attirer des ennuis à sa colocataire également. Chose que le Russianov ne voulait pas. Peut-être le lupanar ? C'était l'endroit le plus proche qu'il avait pour le moment et ce serait toujours mieux que de rester dans cet endroit glauque et peu ragoûtant. Il hésite encore un peu, mais le voir trembler suffit à le convaincre d'aller au bout de son idée.

« Ecoutes, » tenta Mischa « je sais que t'es perdu et que tu sais pas ou t'es ni rien. C'est normal. Mais j'te veux pas mal je t'assures, juste t'aider, et je peux définitivement pas juste te laisser là. J'ai un endroit ou on peut aller. On te donnera des vêtements et à manger, ça sera toujours mieux que de rester seul ici. »

Il tendit la main, paume ouverte, la lui proposant. Ses yeux mordorés cherchant ceux du jeune homme.

« Tu veux bien, t'as confiance en moi Renovatio ? »

Au pire il pourrait toujours l’assommer si l'autre refusait. Il se ferait sans doute engueuler après, mais bon. Il avait l'habitude de ça.
electric bird.

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 205

MessageSujet: Re: Post tenebras lux || Reno ♥ Jeu 18 Juin - 23:21




Post tenebras lux
renovatio & mischa
Il t’agace, ce type, pas vrai mon cœur ? Je sais, je sais. Mais contiens toi, je t’en conjure. Pour le moment, il est ta seule échappatoire un tant soit peu cohérente pour t’extraire de ce marasme urbain, de cette ruelle sombre et poisseuse. Je ne veux pas que tu restes là. Pourtant, mes vœux ne pourront jamais t’atteindre dans ce monde-ci, jamais. Je le sais mais en dépit de tout ce savoir je persiste à croire que ton instinct et tes pressentiments te guideront vers la bonne voie. En l’occurrence, je me sentirais bien mieux si tu partais d’ici, de cet endroit glauque et insalubre. Mais ce n’est guère si simple…

Tu soupires, profitant que ta migraine désemplisse quelque peu pour envoyer une phrase au ton mordant à ton interlocuteur désireux de te protéger – semblait-il. « Tu parles trop. Fermes là un peu ou ma migraine va revenir. ». De nouveau tu soupires, prenant tout de même en compte ce que venait de te dire ce drôle de garçon dont tu n’as pas retenu le nom, d’ailleurs, après réflexion. En réalité, tu ne te souviens même plus s’il te l’a réellement donné ou non. Cela n’a plus réellement d’importance dans ton actuelle situation à vrai dire. Tu te frictionnes les yeux sans réelle douceur, ressentant une gêne. L’endroit embaume les mauvaises choses et les particules voletant dans l’air depuis les tas d’ordures agressent très certainement tes rétines.

Heureusement qu’elles ne sont plus aussi fragiles qu’autrefois, c’aurait été autrement plus problématique et déjà elles auraient abondamment saigné face à ce rêche traitement. Mais n’en parlons plus. Tout ceci reste simplement désagréable au possible, rien de plus et rien de moins.
Laurel, donc. Etats-Unis ? Terre ? Hum, tu sais ce qu’est la planète précédemment citée, bien sûr, mais il te faudrait sans doute une carte, même grossière, afin de pouvoir te situer dessus correctement. Tout est flou dans ta tête et rien ne semble vouloir s’agripper à l’obscurité vaillante de ton intérieur. Le chaos de ton esprit ne laisse évader que son venin acide, qui te ronge plus qu’il ne répond à tes questions. Tout ceci te fait mal, te rends agressif. La main tendue vers toi, gentiment, est aussitôt repousser d’un revers de paume venant de ta personne. L’autre te dépasse peut-être d’une bonne tête, mais ce n’est pas cela qui va t’impressionner. Pas pour le moment, en tous les cas. Car vraisemblablement, ton instinct de survie –car malgré ton immortalité toute neuve je suis certaine que tu en as un au fond de toi -  et d’évaluation des risques est émoussé de part en part, ne te donnant pas vraiment l’occasion t’entamer un dialogue logique et neutre, sans animosité.

« Te faire confiance ? Même pas en rêve. On ne se connait pas depuis dix minutes et toi tu parles déjà de confiance ? Ils sont tous aussi naïfs que toi ici ? Ou alors t’es juste un drôle de numéro à toi tout seul ? »

Ton aversion pour ce comportement, que tu associe à une certaine forme de pitié – rien de pire pour t’énerver, en somme – est si vif que tu t’en étonne toi-même. C’est aussi à ce moment-là que tu remarques que tes griffures ont déjà disparues de tes mains et de tes drôles d’ailes. En parlant d’elles, tu ne sais pas trop encore comment aborder le fait de les avoir rivées à ton dos, mais bon, tu imagines que tu auras sans doute le temps de réfléchir là-dessus plus tard.

Largement. En attendant, tu déglutis. En regardant tes phalanges intactes. Réfléchis mon cœur, tu peux le faire, j’en suis sure. Enfin… Fait attention et ne te crois pas invincible pour autant, car je sais que cette guérison ne possède pas que des avantages… Même si je ne peux rien dire, ni maintenant ni jamais. Toi seul doit en découvrir les tenants et les aboutissants de cette situation aux étendards de mascarades. Je suis tellement désolée mon trésor, si tu savais…

Contournant ce drôle d’hurluberlu, tu avances, pieds nus, sur ce sol froid et peu ragoutant – tu n’oses même pas regarder là où tu marches. Fatalement, le morceau de verre est pour toi. « Ah ! ». Un cri dépasse tes lèvres pendant que tu retombes sur le sol, regardant le dessous de ton pied droit. Une tranche de verre, irrégulière, s’est fichée dans ta chaire. Tu grognes en dépit de la douleur et refuse de te laisser abattre. Tu arraches cette intruse, laissant le sang, ton sang couler sur le bitume sale. Puis, enfin, tu te relèves, fier. Trop fier. Prends garde à toi mon tout petit – qui a bien grandit, j’en ai peur. Ne prends pas de trop mauvaises habitudes d’entrée de jeu, ce serait un peu ironique, d’après moi…

"Où est-ce que tu voulais m’emmener ? Et c’est quoi déjà ton nom ? J’ai oublié."

Puis, tes yeux louchent sur ton seul et unique vêtement ; une sorte de blouse d’hôpital, crasseuse et ô combien inconfortable. Le vent se lève dans la ruelle. Tu frissonnes. Un peu plus loin tu entends une poubelle qui tombe et un chat qui miaule.

Rebienvenu à Laurel, petit ange. J’aurai réellement préféré que cela se passe autrement.


electric bird.

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 139

MessageSujet: Re: Post tenebras lux || Reno ♥ Ven 19 Juin - 11:11


Post tenebras lux
renovatio & mischa
La main est repoussée d'un revers de la paume, mais Mischa sourit cependant, nullement blessé ou décontenancé par cette attitude. Il en faut plus pour l'affecter après tout, cet idiot. Et au moins, il a la preuve que le gamin a de de la hargne. Bien. Cela lui sera nécessaire pour survivre dans le coin. Et au moins il est prudent, il ne fait pas confiance aux premiers venus. Ce qui est préférable, car il n'en a probablement pas conscience, mais il a vraiment beaucoup de chance que ce soit le Russianov -et celui-là en particulier plutôt que le daron- qui l'ai trouvé. Avec ses traits délicats et son physique frêle, Renovatio était plus que mignon et ses ailes lui donnaient un côté mystique que n'importe quel  proxénète aurait été capable d'exploiter, le blond n'en doutait pas. Non, le petit ange n'avait pas conscience qu'il aurait put faire bien pire comme première rencontre. Bon, il aurait pu avoir beaucoup mieux également, mais c'était déjà pas si mal.  

Ses mots et son énervement, le font même rire et le son cristallin résonne dans la ruelle sombre. Mischa sait qu'il est très mal placé pour parler de confiance. En fait le blandinet à parfaitement raison de ne pas avoir foi en lui, c'est la première erreur à ne pas faire. Mais présentement, ce n'était pas vraiment une question de choix. L'autre n'avait clairement personne pour lui servir de repère et l'aider. Juste le mafieux qui l'avait découvert, c'était pas terrible, mais il n'avait pas vraiment d'autre alternative dans l'immédiat. Le slave le regarde, ayant l'impression d'avoir un chaton rebelle face à lui, crachant et grognant. C'est mignon à son sens.

« J'te demande pas si ça te plait, mais pour le moment, je pense pas que t'ai de meilleurs idées. Sauf si tu te sens bien ici, c'est vrai que c'est sympa, vu sur les ordures et tout, un vrai petit coin de paradis ! » ironise-t-il avant d'ajouter, d'un ton plus doucereux mais un regard voulant tout dire. « Et non, les autres ne sont pas vraiment comme moi. Les pauvres, je les plaint. »

Heureusement d'ailleurs, sinon l'espèce humaine était foutue. Mischa regarda le gamin s'agiter, sans rien dire pour le moment. Il n'a qu'à attendre que l'animal se rende compte par lui même qu'il n'a pas vraiment d'autre choix que de compter sur lui pour le moment. Qu'est-ce qu'il croit faire, pieds nus dans cette tenue, à cette heure si tardive ? Mischa voit le bout de verre mais ne dit rien. Il regarde l'autre tomber dans un léger cri et saigner, blessé par le morceau de verre. Évidemment. Ça devait arriver. Mais Renovatio à du cran, ou bien beaucoup trop de fierté car il se relève, ignorant ses pieds sales et rougis par le sang qui s'échappe de sa coupure.

Le slave sourit un peu, amusé. Il a l'impression de revoir André dans ses jeunes années, d'une certaine manière. Le louveteau était beaucoup plus agressif que cela cependant, mais il était également du genre à ne jamais accepter la main tendue et à se persuader qu'il pouvait se débrouiller seul. En même temps, ils n'avaient d'autres choix tout deux à l'époque. Finalement, Renovatio se retournait, lui parlant. De lui-même. Ce que Mischa attendait au final. Le blond croisa les bras sur son torse, le scrutant avec bienveillance.

« Alors, t'es décidé à me laisser t'aider finalement, ou faut que tu te ramasses toutes les bouteilles cassées de la ville dans la plante des pieds avant ? » souffle-t-il, ne pouvant s'empêcher d'ironiser un peu.

Il fait craquer sa nuque et s'avance de quelques pas pour faire face au plus jeune. Le voyant frisonner de nouveau, Mischa ôte sa veste noire et la lui pose sur la tête, l'enveloppant dedans. Elle est bien trop grande pour lui, mais ça fera l'affaire en attendant.

« Tiens, mets ça pour commencer. Et j'm'appelle Mischa. Quand à l'endroit ou je veux t'emmener et bien... »

Le blond réfléchit un peu, levant les yeux vers le ciel nuageux. Comment dire les choses avec tact ? Il pouvait pas juste lui avouer qu'il l'emmenait dans un bordel, c'était pas très 'sain'. Et encore c'est un euphémisme là.

« Disons que c'est un endroit ou les femmes s'occupent de toi. Elles sont très gentilles tu verras. J'suis sûre qu'elles vont t'adorer d'ailleurs. »

Ça il n'en doutait pas. Tatiana et les autres catins soviétiques étaient des filles très gentilles -de son point de vue- et elles avaient toutes des instincts maternels inassouvis du fait de leur situation. Déjà avec lui elles étaient pire que des mères-poules parfois, mais Renovatio, vu sa carrure... elles allaient en faire une peluche.

« On y va du coup ? T'es décidé ? Parfait, alors attends ! » et hop, sans prévenir, il attrapa le blandinet qui ne pesait pas plus lourd qu'une plume, le prenant dans ses bras tout en prenant garde à ne pas coincer ses drôles d'ailes. Il lui sourit. « J'préfères éviter que tu arrives les pieds complètement ensanglantés. Les rues sont pas propres et c'est autant pour toi que pour le parquet là-bas que je dis ça. »

Crétin t'as l'air d'un kidnappeur là, tu le sais ? Dire que t'avais bien commencé, mais non faut que tu fasses une connerie en jouant les imbéciles heureux.  
electric bird.

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 205

MessageSujet: Re: Post tenebras lux || Reno ♥ Mer 24 Juin - 15:07




Post tenebras lux
renovatio & mischa
Tu voudrais déjà te débrouiller tout seul, mon petit ange. Je le sais, dépendre de quelqu’un d’autre est tellement lassant et humiliant parfois. Peut-être est-ce là une réminiscence sourde de ton passé qui te revient comme un instinct ? Va savoir… Le cœur et l’esprit sont des choses dissociables si aisément et malgré tout, les deux formes un tout que l’on ne peut définitivement séparés sous peine de les briser l’un et l’autre. Je ne puis qu’émettre des hypothèses et rien de plus. Et je te regarde faire, analyser la situation à ton niveau. La colère infuse en toi tel un diamant dans un kaléidoscope. Tu te demandes pour qui il se prend, cet ahuri que tu ne connais pas depuis une heure encore.

« Lâche-moi ! Immédiatement ! »

Tu veux qu’il te repose à terre. Tu te sens mal dans ses bras, mal d’être ainsi transporté. Après tout, c’est vrai ça, tu n’es pas une créature ou un objet précieux que l’on garde à l’abri du moindre danger, même lorsque le danger n’existe pas réellement. Oh, non, ce n’est plus le cas. C’est quelque chose de très ancien, tout ça, maintenant. Tu n’es plus Cesario désormais, tu es Renovatio. Le renouveau te vas bien et les souvenirs gravés dans ton épiderme, à défaut de l’être dans ta tête, te hurle de ne pas te laisser faire ; sous aucun prétexte.

Tu te débats de plus en plus fort, tes ailes s’agitant aléatoirement, obéissant non pas à tes commandes directes mais à tes réactions primaires. Tu ne les contrôleras sans doute pas avant un moment. Correctement, j’entends, bien sûr, autrement elles sont gravées en toi, inséparables. Mais là n’est pas la question. Le coup de poing tombe sur la mâchoire du jeune homme, suivi d’une remontée du genou le plus proche de lui. Avec force, fougue et une maladroite agilité, tu te défaits de son étreinte et retournes sur tes deux pieds, sur le sol sale de cet endroit.

« Je peux marcher ! T’as qu’à me montrer le chemin et je te suivrai. Recommences une chose pareille et je te brise tous les os du corps, c’est clair ? »

Pardonne-moi d’esquisser un petit sourire, mon tout petit, mais ces menaces ne vont tellement pas dans ta bouche. Ça ne fait guère sens et pourtant je sais et devine que tu y crois dur comme fer. Tu as bien raison de croire en ton potentiel destructeur. En soit, il n’existe pas vraiment mais c’est la seule illusion dans laquelle tu peux encore te bercer présentement. Profites-en.

Tu le fusilles de ton regard clair, changeant. Ton air contrarié tire les traits de ton visage, encore un peu palot. Tu croises ensuite tes bras sur ton torse, tapant du pied pour marquer ton mécontentement. Tes dents grincent les uns contre les autres et la douleur à ton pied n’est plus qu’un picotement – mais tu n’y fais guère attention à cela. Il y a encore trop de choses imprécises autour de toi pour que tu t’égares à t’examiner toi-même sous tous les angles pour le moment. Et puis tu réalises qu’il n’a pas répondu à ta question – hors, ta curiosité est assoiffée, de plus en plus.

« Tu ne m’as pas répondu clairement. Ou est-ce que tu m’emmènes ? »

La seule chose dont je sois satisfaite, c’est que ta belle voix est revenue. Bien plus vite que prévue, cela dit, mais qu’importe, l’essentiel est que tu puisses parler sans trop de difficulté. Je te prendrais volontiers dans mes bras pour te rassurer mais cela ne servirait à rien. Je ne suis plus de ce monde depuis bien longtemps déjà.

electric bird.

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 139

MessageSujet: Re: Post tenebras lux || Reno ♥ Jeu 2 Juil - 23:58


Post tenebras lux
renovatio & mischa
Qu’il se débatte est une réaction saine et normale car il n’y absolument aucune circonstance dans laquelle quelqu’un se laisserai gentiment attrapé par un inconnu qu’on vient juste de rencontrer, qui a la chemise tâchée de sang et qui veut nous emmener dieu seul sait ou. Exception faite si vous êtes Mischa, victime de … Mischa. Là ça serait possible vu qu’il n‘y a qu’un imbécile sur terre pour faire un truc pareil. Donc, évidemment, le petit amnésique aux ailes angéliques, qui est moins con et naïf que son manque de connaissance de sa situation le laisserait croire, décida de ne pas se laisser faire. Il finit par retomber au sol à force de se débattre comme un beau diable, décochant un coup de poing au slave au passage.  Ce dernier ne retient même pas son sourire. Oui il se marre que l’autre l’ait frappé, c’est possible d’être aussi con sérieusement ? C’est ce que Bastet se demandait, jour après jour, depuis qu’elle était coincée dans le corps et l’esprit de Mischa. Elle n’avait toujours pas trouvé la réponse, le blond semblant presque prendre un malin plaisir à repousser les limites de sa propre bêtise toujours plus loin, la surprenant sans cesse.

En soi pour le coup, ce qui le faisait rire, c’était la vitalité et l’agressivité que cette petite crevette ailée qui lui faisait face dégageait. Renovatio se tenait droit, le menton levé fièrement et les sourcils si froncés qu’ils se rejoignaient presque. Sa tentative d’intimidation était un peu éclipsée par le fait qu’il faisait bien deux têtes de moins que Mischa et la moitié de son poids. La veste de ce dernier, posée sur ses épaules et trop grande pour lui, accentue cette impression « inoffensive ». Mais il était mignon à se tenir ainsi sans se laisser faire. Tout son être semblait hurler « j’existe, je suis là ! » à la face du monde, comme si, à défaut de se souvenir de qui il était, il voulait que le reste de l’univers le sache et ne l’oublie pas. Sa menace achève de l’amuser et c’est un rire franc et cristallin qui s’échappe des lèvres du Russianov. Inapproprié ? Carrément ouais.

Généralement les gens qui viennent de se faire frapper ne se marre pas. Mais honnêtement, les coups de Renovatio étaient des caresses comparées à ce que Mischa s’était déjà mangé de la part de son oncle ou son père… Quand on a été habitué à prendre des coups, assis sur une chaise sans bouger pour « l’endurcir un peu », on finit par ne plus les sentir. C’était tout juste si sa mâchoire le gênait un peu et il se contenta de la prendre entre ses doigts et de la faire craquer pour en déloger un engourdissement. Il regarda Renovatio, sans se départir de son sourire, pas en colère pour un sous.

« Bien, tu devrais être capable de survivre avec une attitude pareille au moins ! » il lui ébouriffa les cheveux  d’un geste trop rapide pour que l’ange ait le temps de se dérober. « Faut avoir du mordant pour rester en vie dans le coin, les soumis et les faibles se font vite avoir, aha. »

Il lui jette un dernier regard et fait un signe du menton pour l’inviter à le suivre. S’il voulait marcher qu’il fasse donc.  Les rues n’étaient pas ce qu’il y a de plus hygiéniques dans le coin, mais bon. Que le petit s’en rende compte par lui-même s’il tenait tant à se débrouiller seul. Entendant sa question, Mischa leva les yeux vers le ciel et croisa ses bras derrière sa tête, réfléchissant. S’il lui disait qu’il l’emmenait dans un bordel, l’autre risquait soit de ne pas savoir ce que c’était, soit de refuser tout net si au contraire il sait ce que c’est. Il fallait tâcher d’amener la chose avec diplomatie.

« Je t’emmènes à mon lieu de travail en gros. Désolé, mais je ne pourrais pas t’en dire d’avantage. Maintenant si tu veux savoir, tu me suis. Ce sera toujours mieux que la rue et les poubelles, crois moi. »

Il lui offrit un dernier sourire  avant de se mettre à marcher, s’assurant que l’autre suivait. Dans son esprit, Bastet gronda sa désapprobation. Elle trouvait Mischa une fois de plus trop imprudent sur ce coup. L’autre l’avait tout de même frappé. Ok il n’avait rien senti pour ainsi dire, mais elle trouvait le gamin trop instable, trop dangereux pour lui-même et donc les autres. La déesse était d’avis qu’ils le laissent se débrouiller. Il ne savait que râler en plus. Le blond tempéra les choses.

Renovatio était juste perdu. Et il ne pouvait pas le laisser, pour être bien placé pour savoir ce que ça faisait que de ne trouver sa place nulle part, sans savoir ce qu’on faisait là sur cette foutue planète. Mais si Mischa savait n’avoir d’utilité pour ce monde et quiconque, il était certain que pour le jeune ailé, ce n’était pas le cas, au contraire.

« Hey t'as retrouvé une voix normale au fait, c'est cool ! » s'exclama le slave alors qu'ils tournaient à une ruelle, apercevant au bout de cette dernière une bâtisse avec une porte rouge. L'entrée du bordel Russianov.
electric bird.

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 205

MessageSujet: Re: Post tenebras lux || Reno ♥ Mar 21 Juil - 12:59




Post tenebras lux
renovatio & mischa
Il t’agace. Oh, par tout les saints, ce qu’il peut être irritant ce garçon ! Tout du moins, je devine sans mal que c’est là ce que tu penses, avec tes sourcils froncés et tes mâchoires crispées. Je ne peux que te comprendre, mon tout petit, cette situation est loin d’être agréable. Le seul aspect un tant soit peu positif réside dans le fait qu’il semble avoir arrêté de te parler comme si tu étais un abruti fini et te parle enfin comme un adulte, comme un homme. Tu ne peux nier que tu apprécies le changement, c’était très dégradant, de ton point de vue, d’avoir la sensation d’être traité comme un incapable par simple pitié.

Une brise fraîche se lève, glisse sur ta peau, flirte avec ta chevelure pâle, si pâle – mais si belle. Tu frissonnes. Le tissu qui te sert vaguement de vêtement ne suffit pas à te protéger de cette minuscule force de la nature. A bien peser le pour et le contre, tu décides finalement de le suivre, ce sera toujours une petite avancée sur ta route toute neuve. Et puis rester dans cet endroit, près de la ruelle où tu t’es réveillé ne serait pas la chose la plus intelligente à faire, très certainement. Tu râles un peu pour la forme, marmonnant dans ta barbe inexistante, mais lui emboîte finalement le pas. Tout vas bien mon ange, ne t’en fais pas. J’espère que les choses iront bien vite mieux pour toi, tu n’imagines pas le mal qui me ronge de savoir la vérité dont tu es encore si éloignée ! Si seulement je pouvais bouger…

Sa remarque te renvoi au soudain changement de ta voix, bien plus audible, moins rauque et plus fluide qu’auparavant. Toi-même, tu peux le ressentir, sous ton derme rafraîchit. Tu souffles, ne répondant pas à son engouement. Il te fatigue, te donne l’impression de n’être qu’une pile électrique que l’on ne pourrait jamais éteindre. Quelle joie d’être avec lui. Je plaisante, bien entendu. Je vois bien que cette situation te dérange. Pourtant, tu composes aussi admirablement que possible avec les circonstances qui t’entourent actuellement. Je suis si fière de toi, si tu savais. Vous continuez à faire route à travers les ruelles, tes pieds foulant ce sol souillé. Ce n’est malgré tout pas cela qui attire ton attention le plus. Tu te concentres, je crois, sur ton chemin direct, droit devant. Finalement, vous parvenez jusqu’à votre point de chute, d’après les mots du blond.

Oh mais… Grand dieu ! Comment ose-t-il ?! Je crois halluciner en comprenant dans quel genre de lieu il t’a amené. Un lupanar. Je me sentirais presque rougir de colère et de honte. Jamais de ma vie je ne t’aurais imaginé mettre un pied dans une pareille installation ! Bon, certes, les leitmotive et cartes du destin t’y ayant conduit sont bien différentes que celle de n’importe quelle âme ici présente mais tout de même ! Pour pauvre amour… Je suis presque heureuse de ton amnésique innocence. Par pitié, faites que tu ne comprennes pas immédiatement où tu te trouves, je ne voudrais pas que cet être si pur que tu es devenu se désagrège si vite !

Tu hausses un sourcil devant l’entrée du bâtiment, sans doute partagé entre le scepticisme et le dédain. Je te connais par cœur, c’est ma fierté. Quoi qu’il en soit, tu suis le mouvement, rentrant un peu tes ailes au niveau de ton dos pendant quelques secondes pour mieux passer la porte principale. Des hommes au regard peu avenant te regarde passer, tu ne leur accorde même pas un dixième de ton attention, ils ne sont pas intéressants. Finalement, après quelques secondes de plus muré dans un silence troublé, tu fini par délier tes lèvres.

« Quel est cet endroit ? »

Il t’évoque une création presque baroque dans sa décoration. Mais quelque chose ne va pas, n’est-ce pas ? Toi aussi, tu le sens, je m’en serais doutée. C’est à cet instant qu’une fille à moitié-nue surgit de nulle part – tout du moins, c’est l’impression qu’elle dégage. Elle te regarde, fait demi-tour vers l’obscurité d’où elle est sortie et revient une dizaine de secondes plus tard avec d’autres créatures d’Eve.

« Wouah ! Bonjour toi ! T’es trop mignon ! »

Elles roucoulent toutes alors qu’elles se rapprochent un peu plus de toi qui ne comprends pas bien ce qu’elles peuvent te vouloir. Leurs tenues ne te dérange pas spécialement mais tu fais en sorte de ne pas les regarder de trop, de ne pas t’attarder sur leurs formes. Elles n’ont pas l’air méchant mais la proximité qu’elles se permettent avec toi te gêne.

« Que me voulez-vous ? »

electric bird.

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 139

MessageSujet: Re: Post tenebras lux || Reno ♥ Ven 7 Aoû - 19:18


Post tenebras lux
renovatio & mischa
Paradoxalement, Mischa appréciait et détestait le bordel appartenant à son oncle. Enfin disons plutôt qu'il avait de l'affection pour les prostituées y travaillant plus ou moins de grès, considérant que ces pauvres âmes n'avaient nul part ailleurs ou aller. La grande majorité était des femmes slaves sans papiers que les hommes de main de Nikolaevich avaient fait passer illégalement la frontière pour les amener ici, les tenir en laisse et les payer une misère. Un business répandu dont malheureusement son oncle n'était pas l'unique partisan, cela aurait été trop beau sinon bien sûr.

La plupart venait de Pologne, de Slovaquie et parfois de Russie, certaines étaient même du château des Russianov et connaissaient Mischa depuis quelques années. Toutes appréciaient le blond, toujours ravies de le voir venir pour recevoir ses missions. Le slave prenait à chaque fois la peine de rester un peu bavarder avec elles, amenant des cigarettes ou d'autres petites choses aux jeunes femmes qui l'appelaient affectueusement « Judy chéri » - entre autre – et qui passaient leur temps à passer leurs mains dans ses cheveux.

Il n'y aurait pas eu les filles jamais, oh grand jamais, Mischa n'aurait emmené Renovatio ici. Mais l'autre avait besoin d'un point d'ancrage temporaire et l'hôte de Bastet avait toute confiance en les catins pour prendre soin de lui. Elles allaient l'adorer, il n'avait aucun doute là-dessus. Marchant en tête, le jeune homme entra et tient la porte pour que son nouveau protégé puisse entrer avec ses ailes avant de lui faire signe de le suivre. Il croisa d'autres mafieux dans le couloir, auxquels il adressa un simple regard en signe d'avertissement. Pas touche au gamin. Les autres avaient dû prévenir que le neveu du patron avait encore ramassé une bizarrerie dans la rue, car les deux armoires à glace ne bronchèrent pas et se contentèrent de dévisager la curiosité vivante qu'était le blandinet.

Aïe, revoilà la question gênante cependant. Mischa se frotta la nuque, se disant qu'il ne pourrait pas y échapper. Avec un peu – beaucoup – de chance, Renovatio ne saura même pas ce que c'est qu'une prostituée. On avait le droit de rêver.

« C'est un endroit ou les hommes viennent pour s'offrir les services d'une employée quelques heures... Bon ok en clair, c'est un lupanar. Mais attention, je stipulerai bien à tout le monde qu'il est formellement interdit de te toucher et que tu n'étais ici qu'en qualité d'hôte temporaire hein ! »

Très rassurant tout cela. “Tu es vraiment la pire personne sur qui ce pauvre être pouvait tomber”, souffla la voix de Bastet, qui était quelque peu consternée, dans son esprit. Faux, il aurait pu rencontrer Carnage ou encore ce fameux Orca dont on parlait de plus en plus. Enfin, Mischa n'eut le temps d'ajouter quelque chose pour assurer à Renovatio qu'il n'aurait – presque – rien à craindre ici, que Zora, une des catins, apparut en compagnie de quelques unes de ses camarades.

Comme il l'avait imaginé, elles entourèrent aussitôt le petit. L'arrivage de chaire fraiche pour parler crûment était rare et surtout elles n'avaient pas l'habitude de voir d'aussi beaux jeunes hommes – en dehors de Mischa mais il n'avait plus mit une prostituée dans son lit depuis la douce Vonia. Le traumatisme de la tournure qu'avait prit leur brève idylle l'avait dissuadé d'avoir des relations charnelles avec ce type de femme, préférant leur offrir une protection et une affection purement amicale, voir fraternelle. Il s'approcha, conscient que Renovatio risquait de ne pas trop apprécié si elles commençaient  à le câliner comme une peluche.

« On se calme les filles, ce n'est pas un client ok ? Interdiction de le toucher, c'est un ami et un invité.
Oh ! Mais ou as-tu trouvé un pareil trésor, Judy ? » ronronna une des filles.

Milka, une serbe à la tignasse noire épaisse et aux grains de beauté éparpillés sur son corps comme les étoiles sur une carte des constellations. Allergique au chocolat en plus, pour rajouter un peu d'ironie à sa vie. Mais elle était gentille et toujours prête à rendre service. Mischa lui sourit.

« Il était perdu et sans nul part où aller pour le moment, je l'ai ramené du coup. Vous seriez gentilles de lui trouver des vêtements les filles ?
Oh oui, le pauvre doit avoir froid ! Et à manger aussi, il est tout maigrelet ! »

Et sur ces exclamations et babillages, elles disparurent en chantonnant qu'elles revenaient vite, sautillant presque pour certaines tant ce divertissement mettait un peu leur vie misérable entre parenthèses, même brièvement. Le mafieux se tourna vers Renovatio.

« Elles sont cool hein ? Bon Zora a parfois les mains un peu trop baladeuses, déformation professionnelle, mais tu lui dis et elle arrête aussitôt. De toutes manières si t'as un soucis avec une des filles un jour, vois avec Macha, c'est la plus vieille et la leader. C'est la blonde cendrée assez grande, elle a un putain d'accent aussi mais bon. »

Il reprends son souffle et sourit. Étrangement, il sent que l'autre va trouver à redire à tout ça.
electric bird.

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 205

MessageSujet: Re: Post tenebras lux || Reno ♥ Sam 8 Aoû - 20:07




Post tenebras lux
renovatio & mischa
Tu n’aimes pas cet endroit, mon cœur. Je sais, je le sais parfaitement. Enfin, le fait est que ce n’est pas vraiment que tu ne l’apprécies pas – quoi que je ne serais pas choquée d’une pareille réaction, au contraire - mais tu ne t’y sens pas à l’aise, pas à ta place. Tu as raison, c’est inscrit à bon escient dans tes gênes, je crois. Je suis fière de toi, même la souillure de ce bas quartier ne saurait te toucher de trop près. Je me doute que ces filles n’ont pas de mauvaises pensées envers toi –pas meurtrières en tous les cas, je tâche de ne pas songer aux autres- mais tout de même, quel manque d’éducation de se jeter ainsi sur toi ! Heureusement que le jeune homme blond les repousse un peu plus loin avant de t’adresser la parole.

Tu ne dis rien, te contentant de garder le silence. Tu ne sais pas quoi dire, n’est-ce pas ? Finalement, elles reviennent, déjà un peu plus habillées – ce qui est, à défaut d’être un miracle, au moins un bon point. Voici qu’elles te proposent de les suivre afin de te trouver de quoi te vêtir. Tu les suis, plus machinalement que de manière instinctive. Bientôt tu te retrouves dans une arrière salle, pleine à craquer de diverses malles empilées les unes sur les autres. Inutile d’être surdoué pour deviner que c’est sans doute ici qu’elles stockent leurs vêtements. L’une d’elle te frôle, manque de se prendre un coup par réflexe. Tu n’aimes pas que l’on t’approche de trop près. Tu es pareil a un animal, mon cher et tendre.

Finalement, elles te propose plusieurs ensemble et t’invite à aller te changer un peu plus loin, au fond du couloir, dans une autre pièce déjà un peu plus aérée. Un progrès, tu commençais à étouffer. Une fois la porte poussée, tu entreprends d’enfiler le boxer et le pantalon en jean noir qu’elles t’ont apportés dans un premier temps. C’est un peu trop grand – tu peux le voir dans le miroir – mais au moins toujours plus confortable que l’espèce de rideau blanc rêche qui te collait à la peau auparavant. Là, au moins, tu te sens habillé, ce qui n’était pas le cas précédemment.

Seulement, alors que tu essayais d’enfiler un T-shirt – chose très peu aisée avec tes ailes rivées dans ton dos -, tu n’entendis pas un duo de demoiselles s’approcher furtivement de toi. Elles étaient entrées pendant que tu te débattais avec le tissu et ton attention avait été entièrement captée par l’essayage. Aussi, lorsqu’elles sautèrent presque sur tes ailes, ta surprise fut telle que ces dernières se déployèrent d’un seul mouvement –ce qui te releva également – et les fit valdinguer sur toute la longueur du couloir. Leurs cris résonnèrent tel un tambour dément et alors que tu te rapprochais de la porte, un air contrarié sur le visage, tu remarquas le morceau de tissu déchiré à tes pieds. Oups, le T-shirt n’avait pas bien encaissé le traitement, apparemment.
Tu soupires. Tu n’aimes vraiment pas cet endroit, définitivement.

electric bird.

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 139

MessageSujet: Re: Post tenebras lux || Reno ♥ Dim 9 Aoû - 22:06


Post tenebras lux
renovatio & mischa
Le blond sourit et encouragea Renovatio d'un hochement de menton à suivre les filles lorsque ces dernières revinrent pour l'emmener essayer les vêtements qu'elles avaient trouvé. Il remercia Macha au passage, qui resta bavarder quelques minutes avec lui, échangeant simplement des banalités avant de retourner à ses occupations principales. Ce n'était parce que la créature angélique venait de débarquer qu'il fallait arrêter de faire tourner la boutique pour autant. Même si Mischa protégeait toujours les catins d'une quelconque forme de violence de la part des mafieux ou des clients, il ne pouvait toujours être présent et elles ne voulaient se faire réprimander.

Resté seul avec lui-même, le jeune homme en profita pour s'enquérir de l'état et l'avis de Bastet sur la situation. La déesse était restée bien silencieuse jusqu'à présent. Il se demandait si elle boudait, et cela le fit pouffer. “Je n'aime pas ce que dégage cet individu”, se justifia-t-elle en reniflant d'un air méprisant “Il est trop... pur. Son origine est clairement divine, mais de base il était humain, je peux le sentir.” Mischa ne discuta pas. Bastet, de par son statut de divinité, avait de tous temps était capable de flairer ses semblables ou bien les humains dotés de pouvoir lié à une divinité. C'était ainsi qu'elle avait trouvé des traces de l'odeur et la marque de Fenrir sur André par exemple, avant même que ce dernier ne se transforme devant son aîné pour la première fois – ça remontait à quelques mois maintenant.

En fait, peu importe ce qu'était Renovatio, le slave trouvait ça plutôt cool. Le petit lui plaisait, malgré son caractère infecte et peu coopératif – en même temps c'était compréhensible. “Méfies-toi de lui quand même. Tu ne sais pas ce qu'il pourrait te faire s'il retrouvait la mémoire. Pour le moment tu n'es pas son ennemi, mais tu es un criminel et cela il finira par le comprendre tôt ou tard, si ce n'est pas déjà le cas.

« Relax Bast', » s'exclama Mischa à voix haute – une habitude qui le faisait passer pour un vrai schizophrène dans ces moments. « Pour l'instant y a aucun probl- »

Il y eu un bruit et un cri simultané. Le blond tourna la tête à temps pour voir Zora et une autre fille traverser le couloir en volant comme des boulets de canon. Silence. Tiens, ça lui rappelait quelque chose. “Tu disais ?” demanda une Bastet dont le sarcasme suintait de ses paroles.

En quelques enjambées empressées, Mischa rejoignit la pièce ou était Renovatio pour s'enquérir de son état tandis qu'on aidait les filles, sonnées, à se relever. Il trouva le jeune homme, le t-shirt déchiré dans ses mains, les traits déformés par la contrariété. Le Russianov soupira et, entendant les protestations et les cris apeurés monter, se tourna vers les filles en se plaçant devant son protégé.

« Du calme. Je vous avais dis de ne pas le toucher il me semble. J'ai prévenu une fois, y aura pas de deuxième. Zora et Veronika n'avaient qu'à tenir compte de mon interdiction. Maintenant, laissez-le pour le moment. »

Son regard s'était durci, dissuadant les deux fautives de répliquer. Macha, la leader qui était revenu en entendant les cris, leur ordonna de retourner bosser sèchement et adressa ses excuses à Mischa. Le couloir se vida peu à peu, laissant les deux jeunes hommes seuls. Le blond se retourna vers Renovatio, de nouveau un grand sourire sur le visage.

« Bah mon pote t'es plus tendu qu'un ressort ! Désolé pour les filles, c'était pas méchant hein. Mais faudrait éviter que ça devienne une habitude d'envoyer valdinguer les gens, aha. Bon, ton t-shirt maintenant...»

Il le prit et l'examina, tout en jetant des coups d'oeil aux ailes de l'amnésique par intervalle.

« Hm, j'devrais pouvoir arranger ça. Toi, assis toi sur ce canapé en attendant et évites d'assommer quelqu'un d'autre. T'as faim ? Attends. »

Il passa la tête par la porte et apostropha une des filles dans sa langue maternelle. Cette dernière revient quelques minutes plus tard, tête baissée et rougissante devant Renovatio, donnant à Mischa un matériel de couture et déposant un plateau avec un bol de potage et du pain sur la table de la pièce qui servait un peu de salon. Le Russianov s'assit et sorti une aiguille et du fil. Il lui fit signe alors qu'il commençait à coudre le t-shirt – il allait laisser les déchirures principales qui serviront pour faire passer les ailes et se contenterai de raccommoder un peu autour pour que ça tienne sur son dos en attendant de trouver mieux.  

« Allez Reno, assis-toi et mange. Ça sert à rien de rester debout à me dévisager comme si tu voulais me tuer, déjà parce que t'y arriverai pas et ensuite parce que t'as pas vraiment autre chose à faire. »

Il ne se moquait pas, il voulait juste voir l'autre se détendre ne serait-ce qu'un minimum. A force de froncer continuellement les sourcils ainsi, il allait avoir des rides avant l'âge.
electric bird.

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 205

MessageSujet: Re: Post tenebras lux || Reno ♥ Mer 26 Aoû - 17:36




Post tenebras lux
renovatio & mischa
« Tu devrais songer à tenir cette vermine en laisse. La prochaine fois qu’elles osent ne serait-ce que s’approcher de moi, je leur arrache la trachée, c’est clair ? »

Tu déblatères ces paroles dures mais au fond je sais que tu n’en penses rien. Essaies de relativiser mon cœur, même si je sais que rien n’est moins simple, surtout dans ton actuelle situation. Personne n’apprécierait d’être privé de sa mémoire et de se réveiller perdu, déboussolé tel que tu le fut. Je le sais. Je ne suis pas dupe au point d’ignorer pareille évidence. Pour autant, bien que je n’approuve guère les méthodes de cet individu qui ne m’inspire aucune confiance, il te faut te laisser protéger par ce dernier. Pour le moment. Et s’il essaie de te manipuler ou profiter de ta personne d’une quelconque manière, je te fais confiance pour le pressentir et te défendre comme il le faut. Tu es fort, Renovatio, aujourd’hui plus que jamais.

Tu veux répliquer, dire à ce blond que non, tu n’as pas faim et n’a besoin de personne, mais ton corps vient alors te contredire. Un son mécontent émerge depuis ton ventre. Tu réalises alors qu’effectivement, tu es un peu affamé. C’est donc après une courte hésitation que tu te décides à t’assoir près de lui, de mauvaise grâce. Le bol de soupe entre les mains, tu ne peux pourtant pas t’empêcher d’essayer de décortiquer sa manière d’être. Le voilà qui se met à la couture. Allons bon, il ne manquait plus que ça. Une fée du logis en perspective ? Aussi amusante puisse être cette comparaison, tu ne peux t’empêcher de l’imaginer ainsi. Tes lèvres s’étirent en un sourire sarcastique avant que tu ne les plonge dans le liquide chaud et plutôt bon. « Je pensais que ce serait immonde mais… pas tant que ça, en fait. »

Il est vrai que sur ce coup-ci, tu lui dois des excuses, sans doute. Mais tu ne feras guère plus de commentaires pour le moment. Tu estimes avoir déjà été suffisamment coopératif jusqu’à présent, il te faut une compensation désormais. Tu veux des réponses à tes questions, celle-là même qui t’assaillent sans relâche, comme une mélancolie soudaine qui ne semble pas décidée à te laisser en paix avant un moment. « Ça fait longtemps que tu fais ce boulot ? J’imagine, vu comment les autres idiotes t’obéissent comme des toutous bien dressés… ». Tu penses qu’il est leur patron, celui qui les oblige à faire ce genre de chose. Ta gorge se serre mais tu as tout de même faim alors tu lutte contre cette réaction malvenue. Quelque chose se débat en toi, mais tu ne saurais dire quoi.

Puis, il y a un frisson qui te traverse et soudain, tes ailes se déploient sans que tu ne leur ai rien demandé. L’une d’elle va directement s’enfoncer dans le mur le plus proche. Du sang glisse le long du mur. Ton sang. Et pourtant, ce n’est pas cela qui accapare ton attention. Tu as peur, Renovatio. Peur de ce que tu es, de ce que tu es devenu, même. Tu ne comprends pas toi-même. Mais tes yeux parle pour toi. Ils traduisent ta peur, mon cœur.


electric bird.

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 139

MessageSujet: Re: Post tenebras lux || Reno ♥ Dim 30 Aoû - 11:03


Post tenebras lux
renovatio & mischa
La menace de Renovatio, qu'il savait ne pas être vraiment sérieuse de toutes manières, n'effraya pas une seconde Mischa. Il en avait entendu des pires et le gamin même en fronçant ainsi les sourcils, ne lui faisait nullement peur, au contraire il était mignon quand il jouait les durs ainsi. À la place le russe sourit, comme toujours et reprit son occupation, à savoir actuellement raccommoder le t-shirt que la créature angélique avait déchiré en deux sous le coup de la surprise et de la colère. C'était sa tante qui lui avait apprit. Elle s'occupait toujours de réparer elle-même leurs vêtements quand ils étaient petits et faisaient les quatre cents coups, André et lui.

À force de la regarder faire et d'essayer de l'imiter, pendant que son cadet, plus jeune, faisant des coloriages avec sa mère à lui, il avait fini par comprendre le truc. Et quand Marie n'avait plus été là pour s'occuper des déchirures dans ses affaires, Mischa avait commencé à le faire tout seul. Il lui était souvent arrivé aussi, de récupérer en douce les t-shirts troués par balle ou écorchés d'André pour les raccommoder et les remettre ensuite dans sa chambre, l'air de rien.

« Elles ne sont pas méchantes tu sais. » souffla-t-il en levant un œil vers Renovatio, qui venait de s'assoir près de lui et reniflait la soupe d'un air suspicieux. « Tu les intrigues et elles te trouvent mignon c'est tout. Un peu comme une peluche ! »

Un air victorieux s'afficha sur le visage de Mischa en voyant son protégé malgré lui plonger ses lèvres dans le breuvage et sembler le trouver à son goût.  Bien, il se détendait un peu. Il venait même de lui parler normalement, sans agressivité ni insulte, quel progrès démentiel ! “N'en fais pas trop non plus, tu vas de nouveau le braquer” grogna Bastet qui malgré ses dires semblait s'intéresser également à Renovatio. Le blond sourit intérieurement, ce qui fit feuler la déesse. Il savait qu'elle était plus curieuse des vivants et bienveillante qu'elle ne voudrait jamais l'admettre.

Achevant de recoudre la pièce de tissu qu'il avait entre les mains, Mischa écoutait attentivement l'ange, satisfait de le voir manger. Les mots sans insultes n'avaient pas duré finalement très longtemps, mais le slave s'estimait heureux, le plus jeune semblait commencer à lui faire confiance... ou du moins à comprendre qu'il n'était pas un ennemi.

« Ah, te méprends pas je les connais depuis un baille, mais c'est pas moi qui gère tout ça, c'est mon oncle. », répondit-il en faisant un geste de sa main libre pour désigne la pièce, englobant la maison de passe dans sa définition du 'ça'. Micha haussa les épaules. « Elles m'obéissent pas, elles m'aiment juste bien et ont pas l'habitude de me voir en colère donc bon. Mais je connais la plupart depuis des années ouais. J'ai grandis dans ce milieu. On fait mieux comme cadre familial.  »

Il achève son travail et tend le t-shirt devant lui en le regardant d'un air satisfait. C'est pas mal, il se débrouille toujours bien apparemment. Alors qu'il allait le tendre à Renovatio, les ailes de ce dernier se déplie brusquement, sans prévenir et l'une d'elles vient s'enfoncer dans un pan de mur. Du sang coule le long de la fine membrane. Mischa se relève, non pas effrayé ni surpris mais inquiet pour le plus jeune.

« Eh, ça va ? Pourquoi elles ont fait ça, elles bougent toutes seules ou quoi ? Attends, bouge pas... et m'envoie pas valdinguer s'il te plait, j'préfère éviter de défoncer un peu plus cet endroit ça va être retenu sur ma paie sinon. »

S'approchant doucement de l'aile coincée, le Russianov posa sa main dessus et tira en douceur vers l'arrière pour au moins la désincruster. Il lâcha aussitôt, l'aile frémissant de nouveau entre ses mains, comme prête à se déplier de nouveau. Il se tourna vers Renovatio et revient s'accroupir devant lui. Le gosse semblait tétanisé.

« T'as mal ? Ça va guérir tout seul ça aussi ou tu veux un truc ? Allez, t'inquiètes. Généralement ça demande un peu de temps pour maîtriser ses pouvoirs, mais j'suis sûr que tu y arriveras rapidement. Dès que tu seras un peu plus calme et apaisé avec toi-même. » souffla le blond.

Il lui tendit le t-shirt, réparé et qui arborait deux trous à l'arrière pour passer les ailes du blandinet. C'était sommaire pour le moment, mais il irait lui acheter de meilleurs vêtements demain. Et des affaires s'il décidait de rester ici du coup. Genre des coussins. Et puis des peluches pour décorer sa chambre. “Me dit pas que t'es en train de t'exciter tout seul à cette idée ?” Même pas drôle.
electric bird.

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 205

MessageSujet: Re: Post tenebras lux || Reno ♥ Mer 2 Sep - 14:24




Post tenebras lux
renovatio & mischa
Pendant un bref instant, tu demeures prisonnier de tes songes, comme amorphe. Tu ne sais que dire, tu ne sais que faire. Il n’y a que ce sursaut amer, qui tiraille encore tes entrailles et ne te laisse pas en paix. Tu as peur, Renovatio, très peur. Peur de ce que tu es, peur d’où tu te trouves, peur de ne pas savoir ce qu’il en est de ta personne. Je sais, je sais. C’est perturbant. Heureusement, tu n’es pas seul ici-bas.
Certes, j’aurais largement préféré pour toi une compagnie plus… sélectionnée, mais je m’en contenterais pour cette fois. Mieux vaut pour toi que tu sois avec ces espèces d’individus à la vertu plus basse que le niveau de la mer que seul dans la rue, livré à toi-même avec ta mémoire paraissant inexistante. C’est une maigre consolation, tout de même. Si je le pouvais, je soupirerai avec une amertume sans nom. Mais mes volontés et actions si j’avais été en vie ne sont guère l’ordre du jour, je le sais bien, inutile de me le rappeler.

Ce dénommée Mischa est très présent à tes côté, je lui reconnais au moins cette qualité. Il tâche du mieux possible de te rassurer, de te guider autant que faire se peut. Tu ne l’entends pas, cependant. Non pas que tu n’aies pas été à l’écoute de ses mots, mais voilà, tu demeurais trop ancré dans ta terreur que les sons qui s’extériorisaient près de toi te paraissent… n’être rien de plus qu’un simple fond sonore. Tu clignes finalement des yeux, ces derniers te font un peu mal mais ça va passer, c’est juste que tu les as laissé ouverts trop longtemps. Tu reprends, tout doucement, pied avec cette chose que l’on nomme réalité. Je souhaiterais tant pouvoir te garder de ses épines mais cela est impossible. Alors, à défaut de pouvoir être d’une grande utilité, je te regarde évoluer, lentement.

Ayant posé le bol de soupe désormais tiède et en passe de devenir froid, tu n’y prête plus aucune attention. Ton estomac ne se révolte plus non plus. Pour le moment, il n’y a plus que toi et ce morceau de tissu rapiécé entre tes mains. Tu mets un petit temps avant de comprendre ce que cela signifie. Mischa a… il a vraiment recousu ce lambeau de T-shirt, finalement. Le comique de la situation te fait rire quelque peu. Finalement, tu essaies avec le plus de douceur possible ce qui devait servir à couvrir tes épaules. Faisant de ton mieux, tu manies tes ailes avec précaution, centimètres par centimètres.

Tu y parviens après une sorte de lutte avec toi-même.

Regardant donc le tissu venir se coller à ton derme, tu réalises que tu n’as pas échoué une fois encore. Cette constatation te tire également un petit sourire au coin des lèvres. Tu les lèvres alors, cherchant un miroir. Finalement, n’en trouvant pas, tu te tournes vers Mischa « De quoi j’ai l’air ? ». Puis, comme si tu venais de pleinement réalisé ce que tu venais de ire, tes joues brunisse et tu fronce les sourcils « Pff, qu’est-ce que ça peut te foutre d’abord… ».

Si je le pouvais, je crois que je rirais.


electric bird.

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 139

MessageSujet: Re: Post tenebras lux || Reno ♥ Dim 11 Oct - 15:21


Post tenebras lux
renovatio & mischa
Assez fier de son travail et pas mécontent du résultat, Mischa sourit un peu en voyant Renovatio prendre le t-shirt réparé et froisser le tissu entre ses doigts, un peu incrédule semble-t-il. Les gens sont souvent surpris de découvrir certains “talents cachés” du Russianov. Oui, étonnamment, il sait coudre. Et également cuisiner ainsi que d'autres petites choses touchant à la gestion d'une maison. Durant son adolescence, après le départ d'André de la Russie, il avait été fréquemment envoyé à l'étranger ou juste à l'autre bout du pays, seul la plupart du temps. Pas d'autres choix alors que d'apprendre à s'occuper de soi-même et aujourd'hui, cela lui était plutôt utile.

Pendant un instant, Mischa regarde son nouveau protégé batailler avec l'habit et se demande si ses ailes parviendront à passer par les ouvertures prévues ou s'il ne les a pas fait suffisamment grandes. Mais non, finalement ça rentre et le jeune amnésique est enfin vêtu. Il se tourne alors vers le slave, lui demandant son avis dans un premier temps, avant de se rabougrir, sa fierté reprenant le pas. Mischa sourit d'avantage. Il est mignon, il lui rappelle André plus jeune quelque part.

« Ça te va bien, je t'assure ! On ira t'acheter des vêtements demain, mais en attendant l'ouverture des magasins, ça fera l'affaire. »

Se relevant, le Russianov s'étira. La nuit était bien avancée, l'aube approchait. Au moins il avait nourrit son nouveau poussin et l'avait vêtit, ce qui était une bonne chose. Il se tourna vers ce dernier.

« Bon aller, j'vais te montrer ta chambre maintenant ! Tes ailes au fait, ça va ? » demanda-t-il en s'approchant et en examinant ces dernières. Mais toute trace de blessure avait déjà disparu, heureusement. « Oh, cool c'est guérit ! T'as quand même des pouvoirs pratiques là, je me demande si t'es pas lié à une divinité ou un truc du style, genre comme moi et Bast' par exemple. »

Un grognement mental. “Ne me mentionne pas sans me demander la permission d'abord” ronchonna la déesse égyptienne en feulant à demi. Son hôte la rassura comme quoi il avait confiance en Renovatio. Bah voyons. Il venait de le rencontrer, il ne pouvait pas déjà agir si familièrement ! Décidément, son contractant était trop insouciant au goût de Bastet. Elle roula des yeux mais n'ajouta rien. De toutes manières, c'était trop tard. Restait à espérer que l'autre ne tiquerait pas sur son nom.

Faisant signe à Renovatio de le suivre, Mischa l'entraîna vers les escaliers, montant à l'étage. Là il le conduisit jusqu'au fond, plus éloigné des chambres utilisées par les péripatéticiennes. Comme ça il serait au calme. De toutes manières, c'était bien isolé -obligé après tout. Il ouvrit la porte, dévoilant une chambre inconnue, stérile de toute décoration pour le moment. Un lit, une commode, une fenêtre et des charpentes apparentes, voilà tout.

« Voila, tu peux rester là le temps que t'auras besoin. On ira acheter des meubles et des trucs pour rendre tout ça un peu plus vivant, le but est pas que ta chambre de donne envie de te tailler les veines après tout. » argua le slave en se tournant vers Renovatio.

Ce n'était pas un hôtel cinq étoiles, mais au moins il serait tranquille ici.
electric bird.

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 205

MessageSujet: Re: Post tenebras lux || Reno ♥ Ven 8 Jan - 23:42




Post tenebras lux
renovatio & mischa
Même si tu n’aimes pas vraiment cet endroit ou les familiarités de ce dénommé Mischa, elles ont tout de même quelque chose de ‘rassurant ‘. Sans doute le terme n’est-il pas le bon, mais peu importe. Pour l’heure, cet individu est bien la seule base ‘solide’ sur laquelle tu peux encore te reposer. La fatigue commence à croitre lentement sur ta personne, prenant de plus en plus d’ampleur. C’est normal, après tout cette soirée, pour une ‘première’, fut pour le moins riche en émotions de toute sorte. Souvent négatives malheureusement mais l’heure n’est pas aux apitoiements. Lorsqu’il t’invite à le suivre, pour te montrer une « chambre » afin que tu t’y reposes, autant dire que tu fus immédiatement sur la défensive. Et encore, le terme est très faible, à mon sens.

Pourtant, après un petit regard à ce que tu portes sur le dos, faisant office de ‘vêtement’ – bien qu’haillons soit un terme plus légitime pour désigner cette chose, sans doute – tu te lèves et lui emboîte le pas. Tu lui accordes le bénéfice du doute. On va dire que c’est un juste retour des choses après les services qu’il t’a rendu, sans doute bien malgré lui. Quelque chose, dans son discours, a accroché ton attention, en plus de cela, je me trompe ? Divinité ? Oh, s’il savait seulement de quoi il parle… En effet, tu es bel et bien de ce composite particulier, rare. Mais cela, tu l’ignore encore. Peut-être que cela vaut mieux pour le moment. Les choses viendront en temps venu. Tes migraines sont suffisamment violentes pour l’heure, tu as besoin de repos.

Laissant ton regard, vide, fureté dans cette pièce que le blond te donne apparemment sans arrière-pensée, tu ne montres même pas une once de reconnaissance. A quoi bon ?

Peut-être que demain tu ne serais même plus ici. Tout te semble froid, inhospitalier, infâme. Il y a un arrière-goût de fer dans le fond de ta gorge, ça te déplaît. Et puis, tout à coup, tu décides que tu en as plus qu’assez d’entendre le son de la voix du russe. Tu veux juste être tranquille, seul avec…toi-même. Si tant est que ce soit possible.

« Laisse-moi seul maintenant ! » cris-tu plus que tu ne lui parles. Je peux comprendre ta réaction, mais n’oublies pas qu’il n’a rien fait pour mériter une chose pareille à son encontre. La porte se referme dans un claquement sec et te voilà dans l’obscurité. Tu soupires. C’est mieux ainsi. Tu ne tardes pas à rejoindre le lit qui est ainsi offert à ton corps. Tu n’es même pas optimiste quant à tes chances de bien dormir. Tu sais que ce sera impossible. Quelle tragédie qui s’annonce là…



electric bird.

   

RP FINI. ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Post tenebras lux || Reno ♥

Revenir en haut Aller en bas

Post tenebras lux || Reno ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heroe's SUP :: La ville :: La ville basse :: Les maisons closes-
Partenaires
bouton partenariat

Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit