.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Partagez|

Wake up || Rin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Message
❝ LOCALISATION : Partout où elle est isolée.
❝ POINTS : 232

MessageSujet: Wake up || Rin Dim 2 Aoû - 19:30


WAKE UP!
Premier jour à la Heroe’s Sup. Un simple état de fait qui, pourtant, aux oreilles de Kagami sonne comme une malédiction en soit. Elle n’a pas la moindre envie d’y aller. Son tuteur lui a répété à plusieurs reprises qu’elle n’avait pas le choix, qu’elle avait passé suffisamment de temps en isolement et qu’il était grand temps pour elle de renouer contact avec le monde extérieur, rien n’y faisait. Kagami était terrifiée.

Au moins avait-il accepté qu’elle porte son costume en intégralité pour cette première journée. Monsieur Hawkins – nom qu’elle ne savait toujours pas prononcer correctement soit dit en passant – lui avait bien signifié que cet accoutrement était ridicule à souhait si c’était uniquement pour se rendre à l’école mais avait rapidement arrêté de protester. Ca ne lui servait à rien de toute manière. Kagami était ce qu’elle était et rien n’aurait su la faire changer d’avis. Même si elle avait trouvé ce costume ridiculement court – rappelons que nous avons ici un spécimen de japonaise de base avec des mœurs très carrées sur la décence – au départ, la nippone expatriée préférait encore avoir ça sur le dos que rien du tout. Cacher son identité, ce n’était pas plus mal, finalement, se disait-elle.

Elle avait encore du mal avec les mœurs de Laurel et surtout le code éthique des supers héros, ayant surtout de grandes difficultés à se sentir ‘comme eux’. Les héros sauvaient des vies, ne les supprimaient pas. Tout son contraire, en fait. Certes, sa mésaventure n’était à la toute base qu’un très regrettable accident, mais les faits étaient là et Kagami, pour l’heure, n’était pas décidée à voir son erreur comme quelque chose d’involontaire. A ses propres yeux, elle n’était qu’un ‘Mononoke’, un monstre, une déviance. Quelque chose qu’il vaudrait mieux supprimer de la surface du monde pour rendre service à ce dernier. Elle frissonne.

Se suicider ? Bien sûr qu’elle y a pensé. Plus d’une fois. Seulement… Kagami n’est pas courageuse. Elle est froussarde. Et puis elle craint la douleur. Le tranchage de veines ou le saut dans le vide, très peu pour elle ; la demoiselle aurait bien trop peur de se rater. Ce serait tout de même relativement bête. Alors elle vit. Elle vit parce qu’elle n’est capable que de ça, de toute manière. C’est une pauvre âme qui ne se voit utile en rien, inutile en tout. Elle n’est que nuisance, encore, toujours. Elle tousse. Il faut qu’elle y aille.

Elle dit au revoir à son ancienne chambre, prend sa valise qui lui parait si lourde et légère à la fois puis sort de ce bâtiment social qu’elle voit pour la toute dernière fois, probablement. Le chemin jusqu’à la Heroes Sup, elle le fait seule, en silence avec uniquement le bruit pour le moins énervant des roues de sa valise sur le trottoir. Plongée dans ses pensées, avec son costume sur le dos, elle ressemble à un petit chaperon rouge perdu dans un univers trop vaste pour lui. C’est ce qu’elle hait est. Totalement. Si perdue qu’elle ne remarque même pas immédiatement qu’elle est déjà arrivée à destination.

Elle pénètre finalement dans l’enceinte du bâtiment et prend une grande inspiration. Sur un petit papier, son numéro de chambre. On lui avait dit de venir ce matin, qu’on s’occuperait de lui trouver quelqu’un pour lui faire visiter les lieux. Kagami craint déjà le court des évènements qui ne sont pas encore arrivés. Elle est pitoyable.
(c) AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : loin de toi.
❝ POINTS : 45

MessageSujet: Re: Wake up || Rin Dim 2 Aoû - 22:23


WAKE UP!
Aucun échange de regards. Elle ne le voyait pas. Elle ne voulait pas lever les yeux vers lui. Tête baissée et rentrée dans les épaules, elle dégageait une aura de froide hostilité qui aurait dissuader quiconque de s'approcher.

« Vous pouvez pas m'obliger. Pourquoi je devrais faire ça ?
Détrompes-toi, je peux. Alors tu vas le faire, parce que j'en ai marre d'entendre les autres profs se plaindre de ton nouveau rôle de fantôme. T'es à deux doigts de foutre ton année en l'air alors que t'étais partie pour être la première de ta promotion, Kaede. »

Soupir. Elle s'en fiche de cela, il le sait en plus. La japonaise n'avait plus goût à rien de toutes manières, elle était vide. C'était ainsi depuis l'annonce de la découverte du cadavre du criminel Orca, dont l'identité avait été révélé par la même occasion. Personne n'avait soupçonné le respectable professeur Haddaway aux manières de gentleman d'être un cannibale. C'était inenvisageable pour chacun. Même pour elle, sa “fille” d'esprit. Rin esquissa le geste de porter sa main à son oreille vierge par réflexe, mais se retint à temps. La boucle qu'il lui avait offert à Noël, amputée de sa jumelle, reposait quelque part sous son lit du dortoir. Elle l'avait arraché dans un geste de fureur incontrôlé, maltraitant son lobe par l'occasion et faisant couler son sang.

L'expatriée ne savait pas ce qui faisait le plus mal. Avoir perdu, encore une fois, un être qui lui était cher, ou bien le sentiment acide la trahison qui lui restait en travers de la gorge. Elle n'avait rien vu. Pourtant elle aurait dû. Rin avait été particulièrement proche du psychiatre d'une part, mais elle avait également affronté Orca – sa mâchoire gardait une légère et insignifiante déformation en souvenir de cette rencontre. Elle aurait pu faire le rapprochement, si elle avait été moins aveuglée par ses sentiments. La japonaise avait manqué de discernement. Elle avait été stupide et désirais simplement qu'on laisse la conne d'apprentie héroïne foirée qu'elle était tranquille.  

Mais elle est également consciente que Hopkins ne lâcherait pas si facilement le morceau. Son tuteur était tenace et avait des moyens de persuasion dont elle soupçonnait la légalité parfois. Faire chanter une mineur n'était pas une habitude généralisé des enseignants de la HSSUP. C'est pourquoi, malgré sa volonté, Rin se retrouva à arpenter les couloirs de l'école pour venir à la rencontre d'une nouvelle élève qui devait arriver aujourd'hui. On l'avait désigné apparemment pour faire visiter les lieux à cette dernière, d'autant qu'elle serait sa nouvelle colocataire. On aurait pu demander aux autres de son avis, mais Brunehilde était en mission – tiens d'ailleurs ça faisait un moment, normalement les absences des Alpha n'étaient pas aussi longues – et Naya... était probablement encore moins recommandé qu'elle pour ce genre de choses.

Son sweat noir sur les épaules et la capuche sur la tête pour couvrir ses cheveux qu'elle n'avait lavé depuis quelques jours, on distinguait simplement l'éclat lacrymal de ses yeux cernés et le bas de son visage, ses lèvres rêches et abimées à force qu'elle se les morde. Elle n'avait rien mangé depuis hier matin également et était un peu faible, marchant lentement. Rin n'avait pas envie de s'occuper de la nouvelle. Mais Hopkins ne lui avait guère laissé le choix, prétextant au passage que c'était une asiatique, comme elle, et que donc ça devrait la mettre en confiance. Tu parles, il n'avait rien dit de plus d'ailleurs, pas même le prénom de la gamine.

Trainant des pieds, elle d'ordinaire à la démarche légère et alerte, Rin releva un peu la tête en constatant que quelqu'un semblait attendre près de l'entrée du couloir menant aux dortoirs dont elle venait. Une fille, aux cheveux noirs et pas très grande, sa silhouette assez similaire à la sienne de ce qu'elle pouvait en voir... excepté que la Kaede ne s'habillait pas comme un petit chaperon rouge masqué. C'était quoi ce costume sérieux ? Et pourquoi elle le portait d'abord ? La brune s'avança jusqu'à être face à elle et constata avec une pointe d'amertume qu'elles faisaient la même taille. Cela ne l'empêcha pas de lever légèrement le menton, conservant sa fierté malgré son état dépressif et faisant peine à voir.  

« C'est toi la nouvelle ramassée par Hopkins ? » cracha la japonaise sans amabilité.

Pas de salutations, rien. L'agressivité même. Elle venait déjà d'adresser la parole à un autre être humain d'elle-même -enfin plus ou moins- c'était déjà plus qu'elle n'en avait fait depuis les deux dernières semaines. Rin fronça les sourcils et tira par habitude sur le borde de sa capuche pour s'assurer qu'elle couvrait suffisamment le haut de son visage.

« J'peux savoir pourquoi t'es cosplayé là ? T'es au courant que c'est une école sérieuse, pas un défilé. »

Non franchement, ça devait être une blague. Et ça allait être sa colocataire en plus.  
(c) AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Partout où elle est isolée.
❝ POINTS : 232

MessageSujet: Re: Wake up || Rin Dim 2 Aoû - 23:52


WAKE UP!
Elle sursaute lorsqu’on lui adresse –enfin la parole. Le cœur de Kagami s’emballe, fait des siennes, se crispe et lui fait mal. Il l’oblige à se mordre l’intérieur de la joue pour ne pas faire de grimaces qui pourraient être mal vus, mal interprétées. Elle ne doit pas commencer ainsi, ce serait trop bête. Et pourtant elle ne sait pas quoi dire. Pire encore, elle n’a pas compris la moitié de la phrase qu’on vient de lui déblatérer. Kagami et son anglais approximatif sont maintenant pris au piège. Elle ne sait pas comment contre-argumenter, comment répondre à ce qu’elle ne comprend pas, comment formuler ne serait-ce qu’un alignement de mots potables à travers ce qu’elle voit déjà comme un enfer.

Elle a peur, elle est terrorisée et voudrait rentrer chez elle. Ses yeux la piquent, derrière son masque blanc, son loup uniforme, sans personnalisation, sans marque distinctive. Son masque fade, si fade. Fade comme elle, blanc comme sa peau. Fade comme sa vie désormais. Kagami a perdu ses couleurs, voici pourquoi son costume est, au final, si adapté à sa personne. Le petit chaperon rouge à l’extérieur, noir à l’intérieur. Personne ne doit voir cette vérité, il faut jouer de tissu, de costumes et de masques pour dissimuler tout ça.

Jouer un rôle. Juste jouer un rôle. Être ce que l’on est pas. Devenir qui l’ont est pas. Se forger une identité sur du vide, sur du mort. Le cœur de Kagami est mort. Mort à l’intérieur. Pourrait-il servir de terreau à une plus grande institution ? Difficile à dire, tant sur le fond que sur la forme.

Elle souffle, laisse son instinct parler à sa place puisque de toute manière, elle ne sait quoi dire d’elle-même. Elle ferme les yeux – même si par-delà le masque, ça ne se remarque même pas – et écarte les lèvres tremblantes qui encadre sa bouche. Kagami s’imagine sa mère, tout près d’elle, pour la guider, la rassurer. Cette même mère qu’elle a tué, réduite en cendre.

”Gomen'nasai… Wa-Watashi wa… Nana-Nanane. Nanane Kagam… Kagami-desu.”

Et puis elle réalise son erreur. Oh non, elle s’est exprimée en japonais. Qu’est-ce que sa mère dirait ? Qu’est-ce que monsieur Hawkins dirait ? Sans doute qu’elle est une ratée, une nuisance. Elle le sait, elle le sent. Toute la belle illusion qu’elle s’était forgé se dissout immédiatement, comme un château de cartes, un château de cendres fraîches. Kagami déglutit, elle commence à paniquer, sent la peur gonfler sous son diaphragme. Non, elle ne veut pas. Elle ne veut pas tout recommencer. Pas comme avant. Elle ne doit pas. Alors, d’instinct, ses doigts viennent chercher son collier et l’active, dans un cliquetis sinistre mais qui ne rassure qu’elle.

Enfin, le moment de stress passé – il est parti aussi vite qu’arrivé, preuve que ce n’était là qu’un produit accouché de l’imaginaire trop fertile et tordu de la gamine – elle veut tout de même reprendre les salutations de manières plus appliquées. Toujours tremblante, elle entame une courbette, serrant toujours malgré tout fortement l’anse de sa valise, comme pour se donner un point d’ancrage. Puis, par la force des choses, elle recommence, s’imaginant être cette fois sur un chemin un peu plus indiqué.

« Je… s’appelle… Nanane. »

Elle n’a pas encore comprit qu’aux États-Unis, le prénom est souvent donné en premier, surtout lorsque l’on parle à un autre adolescent. Kagami ne s’est pas encore arraché à ces racines, racines de son cœur, racines toutes aussi mortes que le reste. Elle conserve ce qui la rattache à un passé qui n’a plus lieu d’être. Elle se terre dans l’univers trop vaste de ses souvenirs qui, un jour prochains, finiront pas l’engloutir si elle ne les abandonne pas tout entiers.

(c) AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : loin de toi.
❝ POINTS : 45

MessageSujet: Re: Wake up || Rin Mer 5 Aoû - 20:32


WAKE UP!
N'importe où. N'importe quel endroit plutôt qu'ici aurait fait l'affaire. Elle ne voulait pas être là. Rin ne voulait voir personne, elle voulait qu'o la laisse dépérir en paix. Les condamnés n'avaient même pas droit à ça alors ? Elle souhaitait être déjà morte. Au moins ainsi elle aurait eu la paix. Mais non, impossible. La Kaede avait bien des défauts, mais la faiblesse – d'esprit du moins – n'en faisait pas parti. Elle ne céderait pas à la tentation. Vivre était le fardeau, la punition qu'elle s'était imposée pour expier la mort de Naoko. Sa mère, gisant six pieds sous terre dans un cimetière de Tokyo, loin d'elle, son souffle de vie arraché par sa faute. Mourir aurait été une délivrance pour Rin, hors elle ne pouvait s'accorder de répit, pas après pareille erreur.

De toutes manières, la mort viendrait l'étreindre de ses bras glacés bien assez tôt. Le compte à rebours était déjà enclenché et plus rien ne pourrait le stopper.

Son attention se reporte sur l'humaine lui faisant face, ridicule dans son costume à son goût. La gosse transpirait la peur et l'envie de fuir. C'était souvent comme ça généralement, certains nouveaux arrivés étaient du genre à ne pas vouloir être ici. En deux années, Rin en avait observé de loin des en tout genre. Cependant c'était la première fois qu'elle en accueillait un... dans des circonstances pas vraiment adaptées. Inconsciemment, elle se remémora sa propre arrivée, qui coïncidait avec sa rencontre avec André. A l'époque il était encore étudiant ici, pour quelques temps seulement, et ils avaient dû cohabiter le temps d'une nuit. L'expatriée baissa les yeux. Elle ne lui avait pas parlé depuis un moment. La dernière fois, elle l'avait envoyé chier de manière particulièrement agressive alors qu'il essayait juste de la bousculer un peu pour la faire réagir. Il faudra qu'elle s'excuse... peut-être. André ne méritait pas sa colère, lui.

Ah, elle parle finalement. Et quelle surprise de que l'entendre s'exprimer dans sa langue natale. Hopkins avait donc bien raison, c'était une japonaise. La dernière fois que Rin avait parlé dans sa langue maternelle c'était avec Mugen, à l'occasion ils se parlaient ainsi, mais le jeune homme avait été envoyé à l'étranger actuellement et ça faisait un moment déjà qu'elle n'avait entendu une autre personne s'exprimer ainsi. C'était un peu étrange. Comme retrouver une mélodie qu'on écoutait souvent autrefois et qu'on pensait avoir oublié, mais les paroles et le refrain reviennent aussitôt en tête sitôt les premières notes chantonnées.

Rin ne dit rien pour le moment. Elle se contente d'observer, simplement. L'autre empoigne entre ses doigts tremblants l'espèce de collier qui se balance à son cou et l'enclenche, ce qui étonnamment semble la calmer. Soit. Elle tente ensuite de se présenter, maladroitement, en anglais. Génial, en plus de ça elle parle mal la langue locale, mais où diable son tuteur avait-il dégoté cette gamine ? La Kaede souffla, comprenant qu'elle n'allait pas avoir le choix.

« Kagami hein ? » souffla-t-elle dans un japonais fluide, sa voix un peu rocailleuse de ne pas avoir été très utilisée ces derniers temps. « Ecoutes je veux bien te parler comme ça, mais faudra que tu fasses des efforts en anglais si tu veux te faire comprendre. Tous les étudiants sont pas japonais. »

Elle la toise, de son regard que l'autre ne peut voir complètement, caché dans l'ombre de sa capuche. Des yeux ternes, fatigués de lutter, fatigués de la douleur constante qui ne lui laisse aucun répit.

« Moi c'est Kaede Rin. Tu peux m'appeler par mon prénom, je m'en fous et tout le monde fais ça ici. C'est plus le Japon. »

La vie avec Cassie l'avait empêché d'être formée dans le moule typique de la petite japonaise. L'influence de sa mère adoptive américaine faisait que Rin avait eu une certaine facilité à s'intégrer à la société en débarquant sur le continent, bien qu'un apprentissage approfondi et exprès de l'anglais fut nécessaire. De toutes manières, elle ne voulait plus remettre les pieds au Japon. Pas avec le sang qu'elle avait sur les mains et les fantômes qu'elle avait abandonné derrière elle, là-bas.
(c) AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Partout où elle est isolée.
❝ POINTS : 232

MessageSujet: Re: Wake up || Rin Mer 5 Aoû - 22:05


WAKE UP!
Elle le voit. Elle le voit même très bien. Trop bien ,sans doute. Kagami n’est malheureusement pas si dupe que cela, pas si dupe qu’il n’y parait. Cette fille, elle l’agace rien que par sa présence, ce n’est pas compliqué à comprendre. Même elle en fut capable, faible chose, petit animal prit au piège. Oh, l’expatriée ne demandait que cela, de partir, de disparaitre du champ de vision de cette inconnue dont elle ne voit même pas correctement le visage. Hum, après tout, c’est de bonne guerre ; elle aussi est masquée. Un partout, la balle au centre. La débarquée déglutit bruyamment, suivant le ton de la conversation.

Elle est rassurée en entendant son homologue s’exprimer dans un japonais fluide. Elle ne prête même pas réellement attention à la mention supplémentaire de devoir s’améliorer en anglais. Voici une éternité qu’elle a la sensation de ne pas avoir entendu quelqu’un parler sa langue natale. Ses vidéos de famille et les animes en version originale, qui passaient parfois à la télévision d’ici – bien que ce fut rare – n’étaient pas comparable à la vraie langue, à l’usage régulier de cette dernière. En un sens, elle retrouvait un peu de chez elle dans les paroles de cette ombre quasi-totale.

Mais son équilibre fut cassé, bousculé une fois encore. Ici, ce n’est plus le Japon. Oui, bien sûr. Bien sûr qu’elle le sait.

Kagami le sait même parfaitement bien, que ce n’est plus chez elle, plus rien de semblable. Et pourtant l’encaisser est difficile, le réaliser encore plus. Elle voudrait mourir dans la minute qui suit. Elle le voudrait si dort qu’elle peut presque sentir l’arôme du sang dans le fond de sa gorge. Ah, non. En réalité, sans même le voir, Kagami venait de se mordre la langue. Sans même le sentir, elle engorgea elle-même l’espace restreint entre ses mâchoires. Et tout ça pour quoi ? Tout ça pour rien. Ca ne ramènerait pas sa mère, son père ou même ses petits frères. Ca ne lui permettrait pas de se sentir de nouveau heureuse. Absolument pas. De toute manière, tout ce qu’elle serait condamnée à faire alors serait vain. Encore et toujours.

Elle s’inclina cependant une nouvelle fois, respectueusement. Oui, ici ce n’était plus sa terre natale, et après ? Qu’est-ce qui l’empêchait de se raccrocher au peu de valeurs qu’il lui restait encore ? Peut-être que le temps finira par les gommer mais actuellement, c’est tout ce qu’elle a pour ne pas sombrer, alors elle s’y raccroche. Désespérément. Enfin, elle reprend un semblant de discours, un semblant de mots. En japonais, bien sûr, puisqu’on lui tend la perche. Kagami est faible. Les initiatives qui divergent de ses habitudes ? Très peu pour elle.

« Merci beaucoup, Kaede-san. Je vais faire de mon mieux. Pour le moment, je vous serais déjà très reconnaissante si vous pouviez m’indiquer ma chambre… Il s’agit apparemment de la numéro une. Aussi, serait-ce abusé que de demander une visite des lieux ? Je ne suis jamais venue auparavant. »

Le plus poliment possible. Phrases toutes faites. Voix monocorde. Kagami a perdu ses couleurs, sa voix de poupée. Kagami n’est plus que coquille vide qu’il faut ranimer.


(c) AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : loin de toi.
❝ POINTS : 45

MessageSujet: Re: Wake up || Rin Jeu 6 Aoû - 11:38


WAKE UP!

Peut-être que si Rin n'avait été si vide, si désintéressée de la vie et des autres à cet instant précis, peut-être que les choses auraient été différentes. Si elle n'avait été aussi froide, l'autre se serait sans doute sentie plus à l'aise, au lieu de trembler comme un faon nouveau-né et apeuré, qui n'a pas même le flanc de sa mère contre lequel se blottir pour se rassurer. Mais actuellement, la Kaede se fichait éperdument de tout, et surtout de ce que cette fille qu'elle venait juste de rencontrer pouvait bien penser d'elle. Que la nippone la trouve donc antipathique si cela lui chantait, cela lui passait à des lieux au-dessus de sa tête. Elle se contenterai de faire ce qu'on lu avait demandé – bien que le terme n'était pas très exact étant donné qu'on ne lui avait laissé la possibilité de refuser – et ensuite elle retournerai sous ses couvertures. Voilà, très bon programme.

La fille n'avait apparemment pas tout comprit, puis qu'elle s'inclina dans une attitude de politesse tout à fait japonaise qui ramenait Rin deux ans en arrière, chose qu'elle n'appréciait que moyennement. Si le fait qu'elle lui parle dans leur langue maternelle ne la dérangeait guère, au contraire c'était profitable de pouvoir encore pratiquer cette dernière, tant cela arrivait rarement, la façon dont elle l'appela la fit tiquer. Kaede-san. Rin pinça les lèvres et fronça quelque peu les sourcils. Bon sang, à quand remontait la dernière fois qu'on l'avait nommé ainsi ? Elle ne savait même plus, mais c'était trop étrange. Et cela faisait remonter des souvenirs que l'expatriée aurait préféré laisser là où ils étaient, soit bien enfouis au fond de sa mémoire en train de prendre la poussière. Son regard s'assombrit et même avec la capuche, Nanane pouvait le deviner à voir l'attitude soudainement plus agressive de son interlocutrice.

« M'appelles pas comme ça. » gronda la Kaede.

Puis, elle se rendit compte de son attitude. À quoi cela rimait d'agresser la nouvelle pour un détail pareil ? La gosse était suffisamment terrifiée d'être ici avec elle pour première rencontre, pas besoin d'en rajouter. Elle n'était responsable de rien, c'était juste une paumée qui venait de débarquer et qui n'avait vraiment pas de chance d'avoir été confié à Rin. Cette dernière soupira, agacée. Par Kagami, par Hopkins et ses idées de génie, par cette situation grotesque et surtout par sa propre personne. L'autre n'y était pour rien dans tout cela. Enfin, elle était un peu chiante avec sa voix tressautant et son comportement d'adolescente asiatique cliché au possible, mais en faisant l'effort de se mettre deux petites secondes à sa place, Rin se dit que ça ne devait pas être simple pour elle non plus.

La tension de ses épaules se relâcha et l'étudiante Alpha s'efforça de paraître moins menaçante, reculant même très légèrement le bord de sa capuche pour que l'autre puisse au moins voir un peu mieux son regard. Ainsi, elle verrait qu'elle n'était pas en colère et que son instant d'agressivité s'était fait muselé. Pour autant, elle ne lui présenta pas d'excuses, à l'autre d'interpréter. Elle n'allait pas tout faire non plus quand même.  

« Laisse tomber. Bon je vais te conduire à ta chambre pour que tu poses tes affaires et je te ferai faire le tour ensuite. De toutes manières, c'est pour cela que je suis là. T'as pas de chance t'es dans la même chambre que moi. »

S'avançant vers la nouvelle, Rin tendit la main et sans lui laisser le temps de protester ou de dire quoique ce soit, attrapa l'anse de sa valise afin de lui prendre. Soulevant la chose, plus lourde qu'elle n'y paraissait, la brune partit en direction des chambres, faisant demi-tour pour refaire son chemin en sens inverse. Elle ralenti cependant un instant et leva les yeux par-dessus son épaule sans se retourner complètement.

« Alors, tu t'amènes ? Tâches de pas traîner et te perdre, j'ai pas envie de te chercher partout après. »

Ce n'était pas amical. Mais il n'y avait cependant une once d'agressivité dans sa voix, juste un ton neutre, déjà un peu moins rauque. On pouvait dire que c'était déjà une faible et insignifiante amélioration, mais c'en était une tout de même.
(c) AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Partout où elle est isolée.
❝ POINTS : 232

MessageSujet: Re: Wake up || Rin Sam 8 Aoû - 20:30


WAKE UP!
Kagami se raidit à l’entente du ton de son homologue. Il est dur et sec, très incisif, comme une morsure de serpent. La japonaise ne s’est jamais faite mordre, mais son père lui avait déjà dit que c’était le genre de blessure très pénible et dont on se souvenait longtemps après. Ainsi allait donc être le premier souvenir qu’elle aurait de cette académie. Magnifique. Elle prend une respiration profonde pour ne pas paniquer d’avantage, vient toucher son collier de presque-chien du bout des doigts et se rassure. Il est toujours actif. La petite lumière orange sur le côté assure son bon fonctionnement. Tant mieux. Un stress en moins.

Ceci ne suffisait pas pour la mettre totalement à l’aise, bien sûr, mais il y avait déjà un progrès. Elle ne paniquerait pas. Pas aujourd’hui. Cette constatation lui laissait un goût amer dans la bouche, dans le fond de la gorge. Kagami avait la sensation de devoir réapprendre à vivre. Elle qui autrefois était un rayon de soleil, qui souriait à tout va ne connaissait même plus la douleur qu’était celle de garder ses joues trop longtemps figées en un rictus de contentement. C’était une impression déprimante. Elle ferme les yeux, cherche une explication rationnelle a tout cela, n’en trouve pas et se fige à nouveau dans un tremblement imprévu.

La anse de sa valise n’est plus dans sa main dans entre les doigts de la dénommée Kaede Rin. Kaede qu’elle peut apercevoir au moins un peu mieux, désormais, la Kagami. Elle déglutit, c’est aussi un bon début mais elle ne le voit pas. Un pas après l’autre. Kagami ayant déjà peur de se briser en mille morceaux si elle trébuche malencontreusement – chose qui lui arrive régulièrement ces derniers temps -, inutile pour elle d’aller trop vite. Alors, c’est très docile qu’elle emboite le pas de sa camarade, son costume de chaperon toujours sur ses maigrelettes épaules. Elle ne sait pas quoi dire, quoi faire, comment le formuler. Elle veut sa mère, elle veut son père t ses deux infernaux petits frères, elle ne veut plus de ce pouvoir qu’elle trouvait si cool aux premiers signes d’activité, pourtant. Mais rien de tout ceci n’arrivera. Elle sent ses yeux s’humidifier, elle se sent faible. Elle essai de parler, sa voix entrecoupées de sanglots étouffées de la mauvaises manière.

« Et… Comment se passe les cours ici ? Nous sommes uniquement deux dans la chambre ? »

Hopkins lui a déjà fait la leçon des dizaines et des dizaines de fois, lui répétant sans cesse les mêmes choses, mais Kagami n’a jamais retenu la moindre bribe de ces interminables monologues. Peut-être était-ce parce qu’Hopkins lui faisait peur, peut-être était-ce à cause d’autre chose, mais en tout cas, les faits étaient là et la nippone ne savait même plus dans quelle partie de l’établissement elle avait mis les pieds.

Le pathétisme à son plus haut niveau. Et dire qu’elle allait encore devoir fournir de efforts, après tout ce qu’elle venait de traverser… Au fond, Kagami ne pouvait s’empêcher de ne pas trouver cela très juste. Elle réagissait comme une adolescente normale, comportement ici décalé et incohérent.



(c) AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : loin de toi.
❝ POINTS : 45

MessageSujet: Re: Wake up || Rin Dim 9 Aoû - 22:08


WAKE UP!

Réconforter les gens, c'était pas trop son fort généralement. Rin n'était pas doué pour tout ce qui était interactions sociales de base, alors en étant à moitié en dépression... mieux valait ne pas en parler. Pour autant, elle ne pouvait tout simplement pas ignorer la jeune fille en face d'elle. Déjà parce qu'on l'avait légèrement forcé à s'occuper de cette dernière, mais également parce que... d'une certaine manière, Kagami lui rappelait sa propre personne. Pourtant, elles étaient diamétralement opposées en terme de caractère, du peu que la Kaede en avait vu pour le moment. Mais inexplicablement, elle se sentait proche de celle-ci, ressentant un étrange sentiment en sa présence, mélange paradoxale de réconfort et de malaise. C'était une émotion très étrange que Rin ne saurait expliquer et ne comprenait surtout. Jamais encore chose pareille lui était arrivé lorsqu'elle avait rencontré quelqu'un pour la première fois...

Et c'était bien là le malaise. Rin avait l'intime conviction, enfouie au fond de sa personne, de connaître Kagami. Sauf que ce n'était pas possible, c'était la toute première fois qu'elle la voyait cette fille. Elle n'avait pas souvenir d'une Nanane lors de ses années d'école à Tokyo, ou bien dans les orphelinats ou elle était passé – quoique cette période remontait vraiment pour le coup. Non, rien dans ses souvenirs la renvoyait à la nouvelle et pourtant cette impression ne semblait pas décider à la lâcher. Ce qui pour le coup agaçait profondément la japonaise, qui détestait quand elle ne comprenait pas quelque chose. Cependant, pour éviter de terrifier davantage la gamine, cette dernière décida d'inspirer un bon coup et d'ignorer ce sentiment, tout simplement. Elle se concentra plutôt sur comment marcher en trainant cette grosse valise, plus lourde qu'elle ne l'aurait crû. Bon sang, comment la crevette qu'était Kagami avait pu porter un truc pareil ? C'était pas possible, elle s'était pas tapé le trajet à pieds on avait dû la déposer devant la HSSUP.

Toute à ses réflexions guère importante, l'expatriée se stoppa en entendant la voix de sa camarade, entrecoupée de sanglots. Rin se retourna et lui jeta un regard. Ah oui, elle pleurait. Génial, elle avait fait chialé la nouvelle, bravo Kaede, belle première impression que tu donnes de ta personne, se morigéna la concernée. Enfin, l'autre était quand même pas très résistante pour pleurnicher pour si peu. L'étudiante Alpha soupira. Allez, on avait dit qu'elle était gentille. C'est pourquoi elle fit face à Kagami, prenant une fois à l'intonation quelque peu sévère, mais nullement  méchante.

« Arrêtes de sangloter comme une faible chose et relèves la tête. »

Ok, peut être pas la meilleure manière de faire stopper les larmes de quelqu'un. Rin reprit.

« C'est normal d'avoir peur quand on débarque dans un endroit inconnu et je sais que c'est peut-être beaucoup te demander. Mais si tu te conduis ainsi, tu vas finir par te faire bouffer tout cru. Enfin, t'as de la chance, j'suis probablement la pire personne sur qui tu pouvais tomber. Avec Hopkins. », ajouta la jeune fille avec un semblant de sourire ironique – elle l'abandonna bien vite cependant, car ses joues lui faisaient mal tant cela faisait longtemps qu'elle n'avait étirer ses lèvres et cette constatation n'était guère agréable.

Se retournant, la Kaede se remit à marcher, plus doucement cependant, pour que Kagami puisse suivre son rythme.

« Donc si t'as survécu à ces deux rencontres, tu passeras le reste. » elle se racla la gorge. Ça faisait un moment qu'elle n'avait autant parler. « Pour les cours, la secrétaire – elle est un peu spéciale mais t'inquiètes on se fait vite à son apparence – te donnera ton emploi du temps selon ta classe, te suffira de suivre ce qui est indiqué dessus. J'te montrerai les salles de cours après. Tu sais dans laquelle t'es ? »

Tout en parlant, elles étaient arrivées devant la porte de la chambre de Rin, qu'elles partageraient donc et qui était désormais complète. L'expatriée ouvrit la porte et rentra pour aller poser la valise sur le lit libre au fond de la pièce, celui collé contre le mur en face du sien. La chambre était relativement espacée et chaque occupant disposait d'un lit, un placard et un bureau. La Kaede se retourna vers sa camarade.

« Voila. Ça c'est ton coin. En face c'est mon lit. Et les deux lits devant, c'est ceux de nos colocataires. Y a Brunehilde, qu'est en mission et toujours pas rentré pour le moment. Et Naya qu'est en cours pour le moment. Tu les rencontreras plus tard. »

Elles devraient pas trop mal s'entendre en plus, pleurnichardes et peureuses qu'elles étaient toutes les deux. Bon faudra aussi qu'elle la mette en garde sur Kiyo, comme il changeait souvent sa place avec Naya. Mine de rien, elle avait pas trop envie de laisser ce pervers de bas étage s'approcher de la nouvelle, il risquait de lui faire faire une crise cardiaque s'il décidait de l'embrasser. Hopkins lui en voudrait et serait capable de lui piquer son salaire de coursière.
(c) AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Partout où elle est isolée.
❝ POINTS : 232

MessageSujet: Re: Wake up || Rin Mar 18 Aoû - 20:54


WAKE UP!
Avancer. Marcher. Avancer. Ne pas se détourner de son objectif brimé. Avancer. Ne pas pleurer.

Non, le dernier point était bien trop difficile à suivre pour la Nanane. Pas maintenant. La mort de sa famille était encore trop récente. Sa perte de contrôle ne disparaitrait pas aussi aisément de ses pensées. Pour l’heure, elle devait surtout se concentrer sur le peu de choses qu’on lui demandait, sur sa vie à partir de maintenant. Beaucoup de nouveautés allaient s’installer à mesure de son apprentissage ici, elle n’en doutait pas. Au contraire, c’était même ce qui lui faisait peur. La nouveauté n’était jamais simple à aborder, peu importait la manière dont on retournait le problème à la manière d’un Rubik Cube. Certains étaient doués pour les énigmes renfermées par le futur, d’autres laissaient parler leur instinct et s’en sortaient tout aussi bien.

Ce n’était et ne sera sans aucun doute jamais le cas de Kagami. La petite demeure bien trop pâle, trop froide et sans couleurs vives pour ce monde qui ne met sur un piédestal que les plus grands, que ceux qui ont réussi à sortir leur épingle du jeu d’une manière ou d’une autre. Il n’y a pas de réelle justice, pas plus qu’il n’y a d’ordre moral établi pour tous.

Cette existence n’est que convenances changeantes d’un contexte à l’autre et assurance de chute au moindre faux-pas de trop. L’expatriée ne se démarquait pas suffisamment pour que l’on daigne lui accorder attention. C’était là à la fois un avantage qui avait le mérite de lui donner une bonne réserve de tranquillité, mais le revers était tout aussi présent dans la balance. De facto, Kagami était faible. Ici, l’on n’aidait pas les fiables. Tout du moins, s’ils persistaient à le rester, personne ne bougerait le petit doigt pour l’aider.

Elle devait se raccrocher à cette fille, devant elle, dont elle ne discernait pas encore la totalité du faciès. Pourtant, la japonaise était tout de même curieuse, quelque part. Pourquoi est-ce que l’autre ne montrait pas son visage ? Peu probable qu’il eut été question d’identité secrète puisse qu’elles s’étaient respectivement présentées l’une à l’autre – de plus, les vêtements de son homologue ne paraissait guère être taillés pour le secourisme des opprimés, même elle pourrait le voir.

Elle secoua la tête, l’heure n’était pas à la curiosité irrespectueuse. Kagami avait été éduquée dans le respect à autrui et suivait religieusement ses apprentissages depuis le décès de ses parents. Elle volait leur faire honneur, même dans la mort. C’était le seul moyen qu’elle avait trouvé de là où elle se trouvait alors. Essayer de devenir quelqu’un d’autre, de sourire malgré la rancœur, le malheur, la douleur.

Elle n’y arrivait pas. Pas encore. Peut-être un jour, oui peut-être un jour serait-elle aussi belle et courageuse que l’était sa maman. Peut-être qu’un jour elle saurait égaler cette femme au caractère trempé et à l’assurance à toute épreuve. Peut-être. En attendant, Kagami ne pouvait qu’essayer et se casser les os, les dents, tout sur les falaises de son échec avant de se faire emporter par le courant de l’espoir, flux quelque peu tarit pour l’heure.

Posant ses affaires sur le lit qui lui était maintenant attribué, Kagami regarda autour d’elle, observant ce qui allait être son nouvel espace de vie pour les mois, sinon les années à venir. Peu de chances qu’Hopkins la laisse repartir de toute manière. Autant se faire une raison.

Passant une main sous son masque, la Nanane s’essuya les larmes encore perlées tout près de ses yeux. Puis, sans oser regarder la dénommée Kaede Rin dans les yeux, elle sortit un petit papier de sa poche. « Je… Je crois que la liste de mes cours est inscrite sur ce papier… »
Elle tendit ledit morceau blanc et couvert de ratures çà et là à sa camarade, espérant qu’elle pourrait la renseigner autant que faire ce peu. « M-Merci pour les précisions. Depuis combien de temps tu es là, toi ? »

Bien sûr, toujours pas une trace d’anglais dans ses propos. Elle était vraiment désespérante.

(c) AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : loin de toi.
❝ POINTS : 45

MessageSujet: Re: Wake up || Rin Dim 23 Aoû - 16:36


WAKE UP!

Les dortoirs de la HSSUP étaient relativement confortables. Simples et purement fonctionnels, mais sans ressembler à des placards à balais ou des cellule de prison pour autant. Chacun avait le droit d'aménager et de décorer son coin personnel comme il l'entendait, du moment que ce n'impliquait pas la dégradation des lieux et des biens de l'école. Rin avait fait les choses de manière minimaliste, ne voulant afficher sa vie sur des murs à la vue de tous. Même si elle avait apprit à avoir relativement confiance en ses colocataires, moins la Kaede parlait de son passé, mieux elle se portait. En revanche, il y avait bien quelques photos, récentes, de ses proches amis. Juste deux ou trois, collés au mur au dessus de son lit.

À côté, l'estampe d'un idéogramme qu'elle avait trouvé dans une boutique pour qui elle fait souvent la coursière. Ephémère. Tous les jours, en ouvrant les yeux au matin dans son lit, Rin l'avait sous le nez pour se rappeler à quel point son temps était compté. Chaque seconde qui passait était un grain de sable dans le sablier de son existence, déjà bien écoulé et approchant doucement de la fin. Mais elle s'en fichait. La mort lui tournait autour depuis trop longtemps déjà, emportant les gens qu'elle aimait, la frôlant pour la taquiner sans jamais pour autant s'intéresser à sa personne. Comme si elle jouait. Probablement était-ce le châtiment que méritait Rin pour ses actes malfaisants et le sang qu'elle avait sur les doigts.

Essayant d'enterrer ses sombres pensées, la demoiselle redressa la tête, se tournant vers sa camarade nippone. Celle-ci semblait avoir arrêté de pleurer, c'était déjà cela. Elle lui tendait un morceau de papier, sans pour autant confronter son regard. Rin serra les crocs et soupira tout en prenant la note.

« Eh, détends-toi un peu c'est bon je vais pas te bouffer non plus. » elle baissa les yeux, étudiant rapidement le papier raturé. « Ouais t'es en Omicron. Classe de base ça veut dire que tu maîtrises pas encore tes pouvoirs. »

Elle n'était pas passé par cette case à son arrivée. Rin était entrée directement en Iota et était passé Epsilon en un peu moins d'un an. Ses capacités pour les coups physique n'avaient d'égal que son caractère infecte et son mépris pour tout ce qui impliquait de rester assise sur une chaise pendant une heure à écouter un adulte se croire supérieur à tous avec sa science. Cependant, en plus de deux ans ici, elle avait apprit à repérer la majorité des classes, elle savait à peu près ou se trouvaient celles de la Nanane.

Haussement de sourcils. Rêvait-elle ou l'autre venait de poser une question personnelle dans le but d'engager la conversation sur un ton plus léger ? Non, ça y ressemblait. Bien qu'elle n'avait très envie de discuter, Rin se dit que c'était l'occasion de détendre un peu son interlocutrice. Depuis qu'elle était arrivé, elle avait déjà pleuré et manqué de perdre le contrôle -son collier était un bloqueur de pouvoir, ça lui avait prit un peu de temps à le reconnaître car différent des modèles utilisés par l'école. Tout ça par sa faute.

« Ça fera trois ans en octobre que je suis là. Je suis dans la classe Alpha. » ajouta-t-elle pour précision.

Sans doute cela rassurait-il Kagami de savoir qu'elle n'aura pas à la supporter pendant les cours en plus des dortoirs. L'expatriée désigna sa valise d'un geste du menton.

« Tu veux t'installer maintenant, ou tu préfères que je te montre tes salles de cours d'abord ? Ah et comme demain on est samedi, tu commences les leçons que lundi. Ça te laisse le week end pour te réperer et te faire à ton nouveau 'chez-toi'. »

Sa voix était grinçante et dégoulinante d'ironie en prononçant ses derniers mots. Certains gosses venaient volontairement à la HSSUP, ou bien avec l'accord de leurs parents. D'autres, comme elle, se trouvaient acculés contre un tel mur qu'ils n'avaient pas d'autres alternatives. Bizarrement, elle parierait que Kagami faisait également partie de cette deuxième catégorie.
(c) AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Partout où elle est isolée.
❝ POINTS : 232

MessageSujet: Re: Wake up || Rin Ven 28 Aoû - 21:26


WAKE UP!
« Tu ne maîtrises pas tes pouvoirs. ». Oui, c’est vrai, Kagami le savait, Kagami le sentait. C’était ainsi qu’elle était, incapable de gérer les déviances de ce don de la nature, cadeau empoisonné parmi les pire qui puisse exister, selon elle. Et pourtant, il n’y a pas si longtemps, lorsque son monde n’était pas encore bi chromique, à la limite de l’uni-teinte, on aurait pu dire qu’elle ne maitrisait pas trop mal ce matériau unique avec lequel son corps avait été façonné, affaibli par endroit mais renforcer par d’autres. Oui, du temps où sa famille était vivante, Kagami savait encore gérer cette chose, cette créature qui la terrifiait tant alors qu’une admiration sans borne pour cette dernière était auparavant présente dans son cœur d’enfant.

Mais voilà, tout le problème est là, justement. Enfant, Kagami ne l’est plus vraiment. Elle n’en n’a plus le droit. Maintenant plus que jamais, elle doit grandir vite et bien. Elle doit suivre un schéma prédéfini pour être sûr de ne plus faire d’erreur, de faux-pas, de victimes innocentes, aussi. Oui, sa crainte, sa faiblesse réside dans cette faille, ce creux dans son âme et conscience. Appuyer ici pourrait aider à la briser. En soit, ce ne serait pas bien compliqué et elle le sait. C’est aussi sur la liste des nombreuses choses qu’elle abhorre au plus haut point chez elle, chez la personne qu’elle est devenue, misérable coquille vide aux sentiments annihilés par le temps ; son temps. Comme si cette ironie morbide ne se suffisait déjà pas à elle-même.

Elle se redresse finalement. Chaque chose en son temps et la politesse de ce genre finira par se gommer toute seule. Mais pas présentement. C'est un repère trop important encore pour l’expatriée, un phare dans les brumes de son avenir, qu’elle appréhende avec tout sauf la sérénité qu’il serait bon pour elle de posséder, même par bribes inconstantes.
Trois ans. Elle écoute attentivement. Trois ans. C’est très long. Très très long. Elle ne s’imagine pas où est-ce qu’elle sera dans trois ans. Ne serait-ce que douze mois en arrière, jamais elle n’aurait songé se trouver là, si loin du Japon, son terreau natal. Tout es si différent des Etats-Unis d’Amérique. Que faire ? Suivre le mouvement. Elle n’est plus bonne qu’à agir de la sorte, de toute manière, cette adolescente désarticulée.

Et voici qu’on lui pose une question, une de plus. Que faire ? Répondre maintenant ? Attendre ? Elle danse d’un pied sur l’autre, mal à l’aise. « Je…. Je veux b-bien aller voir les… les salles de c-classes. ». Elle commence a hachurer ses phrases, même en japonais, qui est pourtant sa langue maternelle. Il lui faut quelque chose sur lequel concentrer son regard sinon elle ne pourra pas passer outre. Kagami reste ce qu’elle est, une fille qui a besoin que l’on dessine pour elle un nouveau parcours dans la vie, elle qui a perdu ses jolis crayons et les couleurs qui allait avec. Une fillette perdue dans l’obscurité de ce monde, une princesse errant dans l’estomac du dragon dont on ne l’a pas délivré à temps.


(c) AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : loin de toi.
❝ POINTS : 45

MessageSujet: Re: Wake up || Rin Dim 6 Sep - 10:51


WAKE UP!

Attendant que l'autre termine avec ses affaires, Rin méditait ses propres paroles. Trois ans bientôt. Elle se souvenait encore de sa propre arrivée, un jour nuageux parmi d'autres, en compagnie d'Hopkins. On lui avait fait un check-up médical et laissé le choix de rejoindre ou non la HSSUP, compte tenue de ses problèmes de santé particuliers. Mais l'expatriée loin de son pays qu'elle était n'avait nul part ou aller, alors ici ou ailleurs, autant rester dans un endroit au chaud et où elle avait l'espoir de pouvoir devenir quelqu'un qui accomplirait des choses importantes avant de mourir. C'était encore ce qu'elle avait de mieux à faire pour espérer faire amende de son crime.

Au final, même si c'était de mauvais cœur qu'elle l'admettait, l'académie l'avait sans doute sauvée. Rin avait un talent naturel pour se battre et affronter les criminels. Elle avait dépassé en deux années des élèves qui étaient là depuis le double de temps, se propulsant parmi les premiers dans la classe Alpha. D'autres avaient suivi, mais Rin restait la première. Elle avait eu l'impression d'avoir trouvé le domaine qui lui convenait, d'avoir enfin une voie avec des possibilité qui s'offraient à elle. Un avenir, court, mais qu'elle pouvait espérer agréable.

Pendant un bref instant, Rin avait même crû qu'elle pouvait avoir droit à l'amour et à une relation. Le sourire du fantôme du baiser échangé avec Cesario dansait encore dans ses songes parfois alors qu'elle se tortillait sous ses draps à la recherche d'un sommeil paisible. Ces idéaux sonnant comme des promesses douces à l'oreille avaient volé en éclats une première fois à la mort de ce dernier. Et le destin venait de lui rappeler brutalement qu'une personne comme elle ne méritait ni le bonheur ni la douceur d'une vie heureuse en lui arrachant un nouvel être cher à ses yeux.

Rin releva les yeux vers Kagami alors que cette dernière lui adressait de nouveau la parole. Pendant un bref instant, elle ne prit pas la peine de camoufler la lassitude de son regard, son désir profond de faire cesser cette souffrance qu'elle éprouvait, tous les jours. Puis elle reprit son air inexpressif.

« Ok. Suis-moi alors. » souffla simplement la Kaede en se redressant. « Je te laisserai passer au secrétariat récupérer les papiers qu'il te manque après. »

Elle se dirigea vers les couloirs, marchant d'un pas moins vif pour laisser l'autre suivre le rythme. Alors qu'elles tournaient cependant pour rejoindre l'étage des salles de cours, un courant d'air, créé par les fenêtres laissées ouvertes sans doute aérer, s’engouffra dans leurs vêtements, soulevant la capuche de Rin et la laissant retomber sur sa nuque, libérant sa tignasse couleur aile de corbeau. La jeune fille pesta en écartant les mèches tombant devant ses yeux.

« Rah putain... »

Elle tourna son visage pâle aux traits tirés vers Kagami, simplement pour s'assurer qu'elle était toujours derrière elle. Son regard se durcit un peu par réflexe, la défiant presque de dire quelque chose sur son apparence.
(c) AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ LOCALISATION : Partout où elle est isolée.
❝ POINTS : 232

MessageSujet: Re: Wake up || Rin Dim 6 Sep - 17:56


WAKE UP!
Son cœur est lourd et ses jambes tremblent quelque peu. Malgré tout, malgré le stress et tout ce qui s’en rapproche, malgré la terreur rivée à ses entrailles comme la plus laide des créatures, Kagami tâche de se contenir. Elle n’est pas seule, elle n’est plus seule. Et puis, même si elle ne voulait pas les entendre, on lui a promis qu’ici, elle ne serait plus jamais seule. Plus jamais. Était-ce illusion pour mieux la berner ou réalité sincère afin d’envelopper son cœur de poupée toute cassée ? Elle ne savait pas encore démêler le vrai du faux, mais elle voulait y croire, croire en cet infime espoir qui lui permettrait, peut-être, de pouvoir se regarder de nouveau dans un miroir sans flancher. Là est une branche sous-jacente de sa frayeur constante.

Elle-même. Son reflet, son existence en elle-même sont une partie intégrante de sa phobie perpétuelle. Kagami se haït, se terrifie elle-même. Son regard bleu lui rappelle cette maudite flamme qu’on l’oblige à faire briller lorsqu’elle utilise son pouvoir et ce qu’elle lit à l’intérieur dudit regard n’est que mauvais souvenirs. Notamment de ce jour-là. Et sa gorge se serre et sa panique rue dans ses veines comme un cheval mécontent, faisant doucement chuter les murs de sa conscience vers l’obscurité. Le jour maudit tatoué à vie du sang des siens. Ah, rien que d’y penser, la jeune fille redevient fébrile, elle qui a déjà tant de mal à rester calme sent bien que quelque chose ne va pas le moins du monde. Elle doit se reconcentrer, vite.

C’est avec une joie non dissimulée qu’elle emboite alors le pas de Rin en dehors de cette pièce qu’elle aura, apparemment, tout loisir de découvrir en long, en large et en travers, en restant ici. Soit, elle n’ajoute rien et se contente de suivre, docilement. Tel est la ligne de conduite des japonais, après tout, rester discrets et obéir aux ordres. Ainsi tournera bien le monde, supposément. C’est en tout cas ce à quoi se raccroche Kagami pour ne pas sombrer dans une inertie totale. Elle veut vivre, quelque part, au fond d’elle. Cette étincelle est plus vivace qu’il n’y parait et la fait avancer coute que coute, même si elle doit en oublier jusqu’au traits de son faciès couleur porcelaine. C’est le seul moyen, la seule échappatoire qu’elle ait à disposition pour le moment. Elle doit supprimer temporairement les aspérités de son visage, les gommer de sa mémoire pour vivre correctement.

Mais voilà, le destin semble vouloir la punir encore, toujours. Un coup de vent tout ce qu’il y a de plus banal s’engouffre dans le couloir, agitant les morceaux de tissus respectivement portés par les deux demoiselles. En soit, tout aurait pu s’arrêter là et basta. Sauf que non. Car Rin, ainsi dépossédé de son abris de fortune, s’est alors retrouvé à devoir confronter son regard à celui de Kagami. Et ce que l’expatriée la plus récente y vit la fit frissonner d’horreur. Ce visage… Ces arêtes, ces contours. Son visage. C’était son visage qu’elle voyait là, incapable de détacher son regard de ce dernier. « …Non… ». Elle souffle, inspire fortement. « Je ne veux pas…. ». Son cœur bat la chamade de plus en plus fort, au point de lui occasionner des douleurs lancinantes. « Arrête… S’il te plaît… ». Sa vision se trouble à cause du poison de la peur. « Je….Je… »

Elle tombe sur le sol. Ses murs ont sombrés dans les abysses une fois encore.



(c) AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Wake up || Rin

Revenir en haut Aller en bas

Wake up || Rin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heroe's SUP :: L'institut :: Le manoir :: Les couloirs-
Partenaires
bouton partenariat

Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit