.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Partagez|

Babysitting au coeur du danger [OS mission]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Message
❝ POINTS : 93

MessageSujet: Babysitting au coeur du danger [OS mission] Lun 24 Aoû - 1:07

Paroles en #6633ff

Babysitting au coeur du danger - Intro


- No hables English ? Donde eres el nino que corres muy fasto ?

Et merde.
Je m'éloignais du marchand de fruits qui avait l'air aussi confus que je ne l'étais moi même. La prochaine fois qu'on me bombardait au Mexique, je demanderais à ce qu'on me transfert aussi un traducteur automatique plus efficace que Google Traduction.

La sensation de me faire niquer se faisait de plus en plus ressentir.

- J'espère au moins que l'hôtel est aux frais de l'établissement. J'activais au passage mon oreillette reliée à ma smartwatch. Le dernier instrument qui me reliait à ma terre natale, je n'avais pas interet à oublier mon chargeur dans le train. Le climat est très agréable, mais ca aurait été plus intéressant de, genre, ne pas m'envoyer dans un pays où je ne pipe pas un mot de ce qu'ils disent. J'ai fais Français en deuxième langue, pas Espagnol.

La voix grésillante me répondit une poignée de secondes plus tard, tandis que je regardais autour de moi les nombreux marchants ambulants. Beaucoup me regardaient de travers mais je misais sur le fait que je ne me retenais pas non plus.

- Tu vas t'en sortir. Tu n'as pas besoin de parler à qui que ce soit, c'est une simple mission d'infiltration et d'extraction : Récupère la cible vivante et on te sors de là au plus vite. Il marqua une pause J'imagine qu'on t'a déjà debrief sur la mission, mais il y a d'autres choses que nous n'avions pas anticipé et dont tu devrais être au courant.

Aïe. Jamais bon signe.

- Les données de localisation que tu as recues t'ont emmené dans le dernier endroit où ta cible a été aperçue. Ce qui veut dire qu'au moment où on se parle, tu te trouves dans une Ciudad perdida, plus communément appelée Favela du Mexique. Ils n'aiment pas beaucoup l'autorité là bas et encore moins ce qui ressemble d'un peu trop près à la police, alors fais profil bas.

Je commençais à réaliser. Les gens ne me regardaient pas uniquement parce j'étais en uniforme, mais surtout parce que dans un endroit pareil, j'avais pratiquement une cible dans le dos.

- Profil bas ? Armée comme je suis, je ressemble littéralement à un mec de la DEA.

Soupir. J'allais aussi probablement devoir éviter de déclencher tout incident diplomatique potentiel, notamment en évitant d'aller chatouiller de trop près les mauvaises personnes.

- Je termine ça et je serais rentrée d'ici ce soir. Tu peux déjà commencer à me reserver une place pour le retour. Coté hublot.

Ce fut sur ces mots que la conversation se termina. Du travail m'attendait, et je me devais de rester concentrée si je voulais éviter de me prendre un couteau dans le dos au premier tournant. En territoire hostile, une extraction n'allait pas non plus passer inaperçu, il faudra que je m'extirpe au plus vite de la favela. Mais avant...
Je tapotai sur ma smartwatch, activant au passage mon oeil pour m'afficher le portrait de l'enfant que j'allais devoir récupérer, ainsi que son dossier général. Courir vite, hein ? On va voir ça.


Dernière édition par Kacey Cree le Ven 13 Mai - 23:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 93

MessageSujet: Re: Babysitting au coeur du danger [OS mission] Sam 23 Avr - 19:34

Paroles en #6633ff

Titre.


- La voie diplomatique n'aura pas marché longtemps, je passe aux choses sérieuses.

Cela faisait un moment que je sentais les regards s'appuyer de plus en plus sur moi, comme des poids venant s'ajouter au fur et à mesure de mes pas dans la favela. Ne laissant pas le temps à mon interlocuteur de répondre, j'éteignis mon oreillette.

Il n'aura certainement fallu que quelques minutes pour que la rumeur de mon arrivée ne se répande comme une trainée de poudre dans chaque recoin du bidonville. J'avais eu l'occasion de voir quelques petits bras me guetter de ci de là, dans quelques habitations, aux travers des fenêtres. Les choses s'intensifiaient quand je remarquai que les videurs avaient décidé qu'épier les gens n'était pas uniquement bons que pour les retraités qui attendaient la mort : Ils étaient de sortie, ils avaient amené l'artillerie avec eux, et ils n'allaient pas essayer d'en discuter autour d'une tortilla.

C'est pour ce genre de réaction qu'on veut construire un mur entre nous, les gars.

L'itinéraire m'indiquait que je me rapprochais de plus en plus de la location qui s'avérait être son chez lui, ou tout du moins le quartier dans lequel il avait l'habitude de trainer. A moins que quelqu'un ne connaisse l'existence de ma mission, ca n'allait pas être très compliqué de le rattraper. Encore fallait-il que les vigilante del domingo ne soient pas les premiers.
Je redoublais de vitesse de marche; coup d'oeil derrière l'épaule, ils firent de même. Mon idée originelle était de les semer en passant dans les recoins les plus sombres du quartier, mais ils connaissaient probablement les lieux comme leur poche, et je finirais probablement plus rapidement perdue qu'autre chose. Je pouvais aussi risquer l'incident diplomatique... Ou l'aggraver, est ce que j'étais en train de kidnapper un gamin d'ailleurs ?

Une idée me passais alors par la tête : Le grésillement de l'oreillette lorsque je la réactivais m'indiquait que j'étais bel et bien encore en ligne. Parfait.

- Kac..

- C'est bon, j'ai le gamin, je demande une extraction.

- On s'occupe de ça, on arrive dans 5 minutes.

5 minutes ? Si ca avait été vrai, j'aurais eu le temps de me changer en passoire en 5 fois moins de temps. Je pouvais comprendre ces histoires de tension internationale qui les obligeait à partir depuis les eaux au lieu du mexique, ces coupes budgétaires et le fait que rester au dessus d'une favela avec un hélicoptère rendait la personne éligible pour un Darwin Award, mais... Faites un effort pour essayer de cacher le futur Deus Ex Machina.

Le cliquetis derrière moi me fit vite comprendre que je n'avais pas beaucoup de temps devant moi. Dans les films, il est courant d'entendre des bruits sourds lorsque quelqu'un manie une arme, notamment un gros calibre. Sachez-le, à part si vous l'arme est faite à base de clous rouillés ou est remplie de billes, elle n'est pas censée faire du bruit. La question se pose alors : Êtes vous dans un film, ou est ce que vous êtes façe à une arme mal entretenue ? La deuxième réponse se trouvait droit derrière moi, et ils n'hésiteraient pas à faire une démonstration de la dureté de l'engin en place publique. L'arme, hein.

Tant pis, plan B.

Ma main droite s'était rapprochée de son holster respectif, juste assez proche pour que...

BANG-BANG-BANG-BANG

Woops, ca ne venait pas de moi. Leur patience avait été de courte durée, et ne me laissait que peu de temps pour m'abriter derrière le premier mur.

5 minutes... Je devais récupérer le gosse et rejoindre l'hélico tout en m'assurant de rester en vie entre les deux étapes. A vrai dire, j'espérais qu'ils se dépèchent afin de survoler la favela en mode chevauchée des Walkyries, attirant l'attention sur eux.

Tournant la tête, je remarquai que je me trouvais dans un cul de sac. L'autre coté ? Les balles fusaient encore et ricochaient contre le mur. Si je ne pouvais pas aller ni à gauche, ni à droite, il fallait aller... En haut ! Je saisissai ma ceinture lorsqu'une violente douleur me prit au bras.

Oh.
Je me suis pris une balle.
D'accord.

Cela allait compliquer légèrement les choses : Mon épaule droite allait faire mal pendant un moment, j'allais sentir des fourmis parcourir mes doigts, et j'allais éventuellement saigner jusqu'à la mort... Peut être pas ce dernier en fait, mais j'allais devoir être vigilante.
C'est avec le bras gauche que je saisissai ma ceinture et activai le grappin, direction le toit en tuiles de la maison derrière laquelle je m'étais abritée. Escalade automatisée d'une petite dizaine de mètres, juste de quoi échapper aux tirs en rejoignant une possible deuxième ruelle surélevée.
Pendant l'escalade, ma trajectoire rencontra une fenêtre creusée à même la pierre. Devinez qui mon regard croisa ?

Le gamin était dans sa chambre, en train de bidouiller quelque chose d'électrique avec un petit tournevis rouge. Adorable. Un élève parfait si jamais il finissait par nous rejoindre.
Peut être pas mon éleve par contre vu que ce que je faisais s'apparentait peut être à un kidnapping.

J'arrêtais violemment le grappin, entrant dans la pièce par la fenetre. Un moment de silence s'installa, tout juste le temps qu'il ne réalise ce qu'il se passait.

- Hé, toi ! On a à se parl...

Une mini-décharge électrique m'arrêta dans mon élan.


Shutting down

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 93

MessageSujet: Re: Babysitting au coeur du danger [OS mission] Ven 13 Mai - 18:03

Paroles en #6633ff

Titre.


CRITICAL_FAILURE_NO_00005313

OVERHEATING_DETECTED

SHUTTING DOWN
.
.
.
.
.


PRESS ANY KEY TO CONTINUE



- 'Fais chier.

D'abord l'épaule, maintenant l'oeil. On dirait bien que j'allais devoir me passer de toute cette technologie tant que je ne trouvais pas l'origine du plantage, ou que je ne ramène pas mes fesses à l'école. La décharge m'avait bien sonnée, juste assez pour que le gamin puisse s'enfuir par la porte de sa chambre.

Rapide checkup de ce qu'il me reste.
Hm. Le grappin est fonctionnel, même chose pour mon glock. Ma matraque pouvait encore frapper. En revanche, ma smart était morte, et c'était la même pour mon arme principale. Je ne pouvais pas non plus contacter le QG ou l'hélico. Voilà qui allait être fâcheux.
Deux choix s'offraient donc à moi : Ou bien je jouais sur la montre, je récupérais le gosse et je repartais en hélico, mission terminée on rentre, un bain chaud et au lit; Ou bien je prenais le tournevis que le gamin avait laissé, je me l'enfonçais dans l'oeil jusqu'à trouver la panne et je récupère l'entièreté de mon matos ainsi que le contact avec la base par la même occasion, mais il y avait une forte chance pour que le gamin soit déjà loin le temps que je termine.

Ou bien je prenais des risques sur ma vie, ou bien je prenais le risque de faire échouer la mission.

- Ils ont interêt à me donner une prime. Ou au moins à m'attendre avec des beignets.

Je tatai rapidement mon épaule. Yup, ca piquait pas mal, une chance que la balle n'ait pas traversé un os, une veine ou ne se soit pas logée dans la peau, sinon je ne me serais probablement pas reveillée. J'allais avoir droit à un joli bandage en rentrant, une interdiction de tirer à deux mains pendant quelques semaines, et peut être même que le docteur me donnerait un bonbon si je suis sage.

Il avait laissé sa porte ouverte. Je l'avais vu partir en trombe, sa machine à la main. Il n'avait pas pu la mettre, et donc devait courir à la même allure qu'un gamin de son age. Ce qui était important, c'était de le rattrapper avant qu'il ne se trouve un coin tranquille, et fort heuresement j'avais déclenché une petite panique avec tous les coups de feu que ma présence avait provoqué dehors.

Une fois dehors, le choix fut rapide : A ma gauche, un cul de sac. A ma droite, la ruelle s'étendait sur plusieurs portes qui devaient donner dans d'autres maisons aux volets fermés. Les gens s'y réfugiaient et s'y enfermaient à double tour.
Et notre petite cible qui faisait du porte à porte comme un mormon.

Il ne faisait pas attention à ma présence, probablement persuadé que j'étais encore complètement dans les vapes. Je m'approchai à pattes de velours, marche rapide oblige. Un bruit sourd résonna dans toute la favela. Au même moment, j'appris comment on disait "Hélicoptère en Mexicain" puisque ce mot résonnait à toutes les lèvres. Les 5 minutes devaient être passées depuis un moment maintenant, il leur restait juste à me trouver, et il fallait que j'agisse vite.
La chance avait décidé de passer au pas de ma porte avant celle du gamin.

Je me précipitai sur lui, l'effet de surprise en ma faveur, puis agrippai à nouveau mon grappin avec ma main encore endolorie : A cet instant, la cavalerie passait tout juste au dessus de nous, et, étant donnée qu'ils n'avaient plus de moyen de communiquer, c'était maintenant ou probablement jamais.

Le gamin se débattait plutôt bien, mais je n'en n'étais pas à mon premier kidnapping. J'enclenchais le grappin au moment le plus propice : Là où l'ombre de l'hélico nous cachait du soleil. Il s'accrocha au patin et nous entraina violemment dans les airs. A ce moment, le gamin compris qu'il avait interêt à arrêter de bouger tout de suite.
Ils ont certainement dù paniquer lorsqu'ils ont sentis quelque chose s'accrocher à leur engin.

-------------------------

- Kacey ! Tout va bien ? On a essayé de te rappeler une centaine de fois !

Eventuellement, on a réussi à remonter. Les types de l'hélico ont réussi à maitriser le gamin, notamment grâce à un traducteur qui semblait mieux connaitre la situation que moi.

- C'est ce qui se passe quand on envoie quelqu'un sur le terrain avec un debrief d'amateur. Merde, et j'ai pris une balle aussi. - Où ça ? - L'épaule. Ca fait pas mal pour le moment, mais quand ca va venir, j'vais la sentir bien passer. Et merde, j'ai cours dans deux jours, comment tu veux que je leur apprenne à tenir une arme si je peux pas le faire moi même ?

Il n'empèche, deux centimètres vers la gauche et ils n'auraient pas eu de cours d'armement tant que l'école n'aurait pas trouvé de remplaçant.
On en parle, de la sécurité de l'emploi ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Babysitting au coeur du danger [OS mission]

Revenir en haut Aller en bas

Babysitting au coeur du danger [OS mission]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heroe's SUP :: Le reste du monde :: Les autres pays-
Partenaires

Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forumactif.com