AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Partagez|

だいし || ハクメン

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Message
❝ LOCALISATION : En train de méditer sous une cascade
❝ POINTS : 174

MessageSujet: だいし || ハクメン Mar 3 Nov - 3:03




Jokers ou Légendes



Le temps passe, le vent file, l'acier hurle...

HANE Daïshi Mei-Ling
____________________________________________________________________
À lame aiguisée, esprit affûté.


❝ Âge : 32 ans
❝ Sexe : Femme (Souvent prise pour un homme sous son costume)
❝ Origine : Japonaise (et à moitié chinoise par sa mère)
❝ Race : 100% humaine
❝ Orientation : Pansexuelle
❝ Métier : Cuistot dans un restaurant japonais
❝ Statut social : Aisée (car elle vit largement en dessous de ses moyens)
❝ Situation amoureuse : Libre comme le vent


Caractère
____________________________________________________________________
La colère donne une motivation sans but.


Daïshi... est japonaise.
Je me doute bien que vous qui avez lu plus haut les origines de Daïshi, vous allez me dire "Merci, Captain Obvious!" et à cela je vous répond "De rien." Mais plus sérieusement. Quand je dis que cette femme est issue du pays du soleil levant, c'est qu'il n'y a pas besoin de le lire au dessus pour le savoir. Ses airs asiatiques, son katana, son accent, mais surtout ses tenues, tout indique qu'elle est nippone. Une vraie réunion de clichés! Au point que même son savon sent le lotus. Hé puis, ce n'est pas comme si elle se baladait toujours avec une gourde de saké sur elle.

Bakuren... tient à son honneur.
Une fois que le costume est porté, le concentré de clichés reste la. Mais avec Bakuren, on retrouve plus ceux des samouraïs de l'époque. Avec leur code de l'honneur qui, si transgressé, donnait lieu à un suicide. Mais rassurez-vous, bien que Bakuren refusera d'attaquer en traître ou de se battre face à un adversaire désarmé ou affaibli, cela ne veut pas dire qu'il est conscient que la fourberie est parfois la seule solution. Cependant, lorsqu'on protège la veuve et l'orphelin, il faut le faire dans les règles de l'art. Par contre il n'aura aucun problème à affronter une femme. Après tout, n'en est-ce pas une, sous cette armure?

Daïshi... est très sociable.
Elle adore parler, rencontrer d'autres personnes et... Oui, parler. Vous pensez que parce qu'elle est sourde vous allez faire aller un stylo sur une pauvre feuille de papier pour communiquer? Que vous êtes naïfs! Depuis longtemps elle a appris à lire sur les lèvres! C'est à dire que vous pourrez même parler sans user de votre voix, même si les autres vous regarderont bizarrement. C'est d'ailleurs ce qu'elle fait avec sa sœur jumelle, mais je reparlerais de cette dernière dans l'histoire.

Bakuren... est froid.
Quand elle enfile le costume, c'est serious business. Parler très peu de soi et se montrer aussi sociable qu'un robot l'aide à rester incognito, en plus du fait que son comportement est du coup diamétralement opposé à celui de sa double-identité. Ce qui est sûr, c'est qu'il est inutile d'essayer d'avoir de longues conversations avec le samouraï, celui-ci se montrera assez fermé. Un bon collègue, mais vous ne vous en ferez pas un ami.

Daïshi... n'a pas froid aux yeux.
Vous l'aurez peut-être remarqué à certaines tenues qui donnent beaucoup à voir, Daïshi n'a pas peur de se montrer. Mais si elle ne change pas de style, au-delà du fait que ça ne la dérange pas, c'est également parce que ses tenues lui permettent une grande liberté de mouvement. Parfois même elle porte des tenues limite provocatrices simplement pour ennuyer ceux qui lui reprochent de ne pas assez se vêtir. On la qualifie parfois d'indécente, mais elle se moque éperdument du regard des autres. Elle vit sa vie telle qu'elle l'entend. Certains lui diront que c'est illogique de penser ça sachant qu'elle porte aussi l'héritage de Bakuren, et que du coup elle ne décide pas pleinement de ce qu'elle fait, mais elle répondra que si elle endosse le rôle du héros, c'est par choix.
Et au passage, il ne sert à rien de la mettre à nu pour la déstabiliser, elle n'aura aucune gêne à se battre dénudée.

Bakuren... Ne connaît ni la colère ni la peur.
Il a toujours l'air calme et imperturbable. Et c'est le cas! Insensible aux moqueries, aux remarques négatives injustifiées, ça n'est pas la peine d'essayer de l'énerver. Dans la plupart des cas vous échouerez, dans l'éventualité où vous réussiriez... Paix à votre âme, je suppose. Et si vous tentez de l'agacer en lui manquant de respect, il restera calme en vous manquant de respect en retour. Attaquée par surprise par une horde d'ennemis? Pas de panique. En pleine chute libre? Pas de panique. Dans un avion?... Bon, c'est peut-être une des seules choses que Bakuren craint en vérité. D'être entouré de technologie qu'il n'a pas appris à connaître et devoir dépendre de celle-ci. Être coincé dans un hôpital avec plein de machines aux alentours a aussi tendance à l'angoisser. Mais autrement, si il est sur la terre ferme, en pleine possession de ses moyens et qu'il affronte des machines, la par contre il se fera un plaisir de trancher dans le tas.
Ce calme absolu et cette absence quasi-totale de peur se retrouve aussi naturellement chez Daïshi.

Daïshi... se contente de peu.
Elle est un peu le zen incarné. Elle vit avec vraiment très peu de choses, possédant un petit pavillon dans un style purement japonais, et qui est assez vide. Elle a bien un minimum d'électroménager, et aussi un ordinateur, mais ça c'est bien parce que sa sœur a insisté. Très peu dépensière, elle se contente véritablement du minimum vital. Elle n'est pas matérialiste, au contraire, c'est même l'inverse, moins elle a, mieux elle se porte. Les seules choses auxquelles elle tient vraiment sont ses armes, ses vêtements traditionnels, et bien évidemment, son armure. Mais alors à quoi s'adonne-t-elle dans son temps libre? Elle s'entraîne sans relâche pour ne pas perdre de sa maîtrise, ou elle se met à méditer durant des heures. Non, vraiment, Daïshi à bien compris Baloo du livre de la jungle: "Il en faut peu pour être heureux".

Bakuren... travaille vite et bien.
Quand ce héros reçoit une mission, c'est limite comme si dans la minute qui suit il est déjà sur les lieux. Ne se souciant pas de détails qu'il jugerait inutiles, il fait en sorte de faire son travail le mieux possible et le plus vite possible. Son domaine de prédilection est la capture de criminels. Si il sait à quoi ressemble sa cible, dès qu'il la verra, il fondra sur lui à grande vitesse, le mettra à terre avant qu'il n'ait eu le temps de réagir, et le ligotera vite. Et APRES il pose les questions. Ça évite que le suspect s'enfuie. Et en cas d'erreur, on peut toujours le relâcher après.

Daïshi... tolère certaines dérives
Il arrive à la samouraï de fréquenter certains bars qui pourraient être qualifiés de "peu recommandables". Daïshi tolère certaines choses, dans certaines conditions du côté des criminels. Cependant, les tueurs en série, les violeurs et j'en passe, ce n’est même pas la peine. Si vous êtes accusés de vandalisme, ça dépend, si c'est de la peinture sur les murs, et que l'endroit n'est pas un lieu de culte, d'accord. Dans le cas contraire, elle fait son boulot. Elle tolère aussi les vols dans une certaine mesure. Un pauvre gars qui vole pour survivre, OK. Un spécialiste des cambriolages, pourquoi pas. Mais si encore une fois ça s'amuse à piller des lieux de cultes, elle n'attendra pas de mettre le costume pour s’occuper de vous. Les trafics en tous genres ne lui posent pas de problème, c'est plus aux utilisateurs des armes en question qu'elle pourrait être tentée de faire quelque chose.

Bakuren... est impartial
... Sinon, dans tous les cas, si Bakuren est envoyé en mission pour s’occuper de vous, quelle que soit votre situation, vos raisons etc. Il fera son travail. Daïshi, dans le civil se montrera plus clémente, comme dit précédemment, mais quand le costume est vêtu et que l'heure est à l'action, il n'y a plus de place pour les sentiments. Elle ne fait qu'assurer l'image de héros froid et professionnel qui est rattachée à ce héros depuis le début son existence.

Daïshi... Est alcoolique?
Certes, elle boit. Quotidiennement. Mais jamais dans l'excès. En fait, elle à quotidiennement le rituel de boire une dose de saké. Boire? Que dis-je! Elle le déguste jusqu'à la dernière goutte! Vous voyez un verre de saké? C'est petit, très petit. Pourtant, elle met toujours entre 5 et 10 minutes pour le finir, preuve qu'elle le savoure.  Elle fait toujours attention à ne pas abuser, mais si jamais c'est le cas... Hé bien, pour les connaisseurs, vous devez savoir que l'ivresse provoque certains états seconds particuliers. Certains ont l'alcool mauvais et deviennent violents, d'autres ont l'alcool soporifiques et piqueront vite fait un somme dès qu'ils seront torchés, d'autres ont l'alcool "amoureux" et se montreront très entreprenants (basiquement, le lendemain vous vous réveillez à poil dans un lit avec quel qu'un) et d'autres ont l'alcool euphorique et se mettront à rire pour tout et pour rien. Après y'a ceux qui passent leur temps à vomir.
Pour Daïshi, c'est totalement aléatoire! Si jamais elle se retrouve ivre, faites tourner la roulette, et voyez sur lequel des 5 états vous tomberez! (qui sait, avec de la chance, vous l'aurez au lit. Et elle y est vachement douée.)

Bakuren... est une femme?
Pour ceux qui commencent leur lecture ici ou ceux qui sont vraiment très très lents d'esprit, Daïshi et Bakuren sont la même personne. Cependant, c'est une information qui est extrêmement bien gardée! Mis à part sa famille, ses collègues du japon, et ses amis les plus proches, personne n'est sensé savoir que la famille Hane fait perdurer l'existence de Bakuren depuis des générations. Ceux l'ayant découvert par hasard et se sont amusés à le crier sur les toits s'étaient vite fait censurer et décrédibilisés, preuve de l'influence de cette famille. Mais qui sait, en vous rapprochant assez d'elle, peut-être qu'elle vous dévoilera son "secret". Mais si jamais ça arrive, mieux vaut que vous gardiez le secret. Pour votre propre sécurité...


❝ Particularités : Elle met un bon quart d'heure à vider un petit verre de saké. Elle reste d'un calme olympien en toutes circonstances. A savoir aussi qu'elle est grande, pour une femme, mesurant 1M80. C'est une excellente peintre.
❝ Tics et manies : Elle ne peut pas se passer de son petit saké quotidien. Il lui arrive souvent de lancer des petites réflexions philosophiques.

❝ Passions : La calligraphie japonaise, les armes blanches, la peinture.
❝ Phobies : Rien ne peut faire flancher Daïshi. Ah si, elle a peur de prendre l'avion, ne faisant pas totalement confiance à la technologie. En fait, elle a peur de dépendre de la technologie. Cependant, casser des robots créés par des criminels ne lui pose aucun souci.

❝ But : Trouver un homme à aimer pour une relation stable, afin d'avoir un héritier, ou une héritière à qui transmettre ses techniques.
❝ Rêve : Retrouver l'ouïe sans avoir recours à la technologie


Identité secrète ❝ Bakuren
____________________________________________________________________
Le hurlement de ma lame est ce cri que je ne te laisserais pas pousser.


❝ Rang : Joker (est l'équivalent d'une Légende au Japon)

❝ Origine : Prodige
❝ Don : Cri d'acier
Lorsque Daïshi attaque à l'arme blanche, elle possède la possibilité de faire hurler sa lame. En d'autres termes, en agitant une épée, une lance, ou n'importe quelle arme de contact composée au moins en partie de metal, elle peut produire des sons très semblables à un effet larsen. Le volume et la fréquence dépendent de la vitesse à laquelle la lame fend l’air, ainsi que des composantes métalliques de l’arme, en quantité et en qualité. Le son est ainsi produit en faisant résonner l’arme utilisée, principal indice qui a servi à Daïshi pour mesurer ses progrès, pouvant ainsi sentir l’acier vibrer entre ses mains.
❝ Maîtrise : 9/10
Au niveau de l'activation, aucun problème, notre samouraï ne risque pas d'émettre un son puissant via son don involontairement, de même qu'il ne lui est jamais arrivé de vouloir utiliser son don, mais que celui-ci ne se déclenche pas.
❝ Points forts : Extrêmement pratique pour déstabiliser ses adversaires. Une perte d'audition temporaire pour semer la zizanie, c'est très efficace. Daïshi est aussi une fine lame, sachant à la perfection manipuler son katana. Son sang-froid légendaire est aussi un très bon atout. Son don peut aussi servir comme signal sonore, très efficace pour demander du renfort.
Elle a développé plusieurs styles de combat qu'elle peut alterner en fonction des adversaires. Mais celui qu'elle utilise le plus souvent est celui que ses prédécesseurs ont créé pour Bakuren, le Kokūjin, enchaînant ainsi coups de sabre et coups de pied. Son favori est un style qu'elle a inventé elle-même, utilisant le fourreau en plus de l'épée pour parer et contourner la garde adverse.
Sa perte de l'audition aura entraîné une légère amélioration de ses autres sens avec le temps. Elle a aussi développé d’excellents reflexes. Si elle sait qu’un ennemi est proche, elle sera en mesure de contrer la plupart des attaques au corps à corps si son adversaire n’est pas trop talentueux.
❝ Faiblesses : Elle devint sourde au moment même où elle utilisa le cri d'acier pour la première fois. Malgré une armure assez résistante, elle reste désavantagée face aux armes à feu et arbalètes. Elle devient fort vulnérable en avion, en bateau ou dans un sous marin. Il est inutile de lui demander de manipuler de la technologie, elle dépend de sa sœur de ce côté-là. Malgré qu'elle puisse à peu près sentir la présence des gens, elle reste tout de même bien plus facile à surprendre que le commun des mortels dû au fait qu'elle soit sourde.
Il est peu recommandé d'utiliser ce don en présence d'alliés.

■■■ Ton matériel de héros ■■■

❝ Costume : Une reproduction légèrement modifiée de l'armure de son père, ou le rôle de Bakuren se transmet de génération en génération, passant de l'une à l'autre avec un petit truc en plus à chaque fois. Pour elle, ce fut le modulateur de voix, ainsi que divers ajustements qui lui permettent de passer pour un homme sous la tenue.
À noter que la partie noire est plus flexible mais reste solide, et qu'elle n'est en rien moulante sur le haut du corps. C'est une couche épaisse modelant des muscles pour mieux cacher l'identité du porteur. La partie blanche peut parer les balles, sauf pour des armes telles qu'un fusil sniper, un magnum ou une arbalète.
Le design est plutôt futuriste par rapport à la tradition, pure volonté de sa sœur, qui aura justifié ça par le fait que ça suit avec le modulateur de voix qui bien que très performant, n'échappe pas à un très léger effet robotique sur la voix.
❝ Arme :  Susanooh, un long katana à bout plat, optimisé pour trancher, mais inutile pour planter. Elle possède une quantité impressionnante d'autres armes chez elle (lances katanas, hallebardes et j'en passe), mais elle ne les utilisera pas ou peu sous son costume. C'est sa collection personnelle. Cependant n'importe quoi de tranchant dans sa main devient une arme très dangereuse.
❝ Gadget : Mis à part le modulateur de voix de son armure, Daïshi n'a rien que l'on puisse considérer comme un gadget. (+Un grappin citrouille gagné à la loterie Halloween)
❝ Véhicule : Ses pieds lui suffisent, et elle préfère courir et sauter de toit en toit. (+Un cheval gagné à la loterie Halloween)


Histoire
____________________________________________________________________
Un héros qui perdure, une histoire qui se répète...





Chapitre 1 : Légende & Tradition

Avant de vous conter mon histoire, je me dois de-vous conter la légende de Bakuren, héros qu’il m’incombe d’incarner.
Sachez tout d’abord que Bakuren n’a pas toujours été un héros qui agissait dans la ville afin de s’occuper des diverses menaces qui pouvaient planer sur les civils, non. Celui de mes ancêtres qui fit naître la légende le fit sur les champs de bataille, lors d’une époque reculée ou les hommes menaient la guerre à l’arme blanche, avec parfois des arcs, et en l’occurrence, Bakuren était un soldat exceptionnel qui à lui seul exterminait des régiments entiers. La rumeur raconte qu’il possédait un don, bien que ça soit mon cas, tous ceux ayant revêtu ce rôle n’en avaient pas forcément, cela dit, cette rumeur était crédible. Les choses ont changé depuis, maintenant les hommes se battent avec des chars et des armes à feu. De plus, les guerres ne se déroulent plus sur nos territoires. C’est à cette époque que la légende en armure blanche s’est consacrée à la défense des citoyens, car bien qu’elle fût longtemps oubliée au profit des conquêtes, la criminalité était relativement libre en ville, malgré la police.
Encore plus tard, se rendant compte qu’il ne pourrait s’occuper de la ville à lui seul, il fonda l’ordre des six Gardiens afin d’être épaulé par d’autres justiciers qui jusque-là agissaient dans leur coin. L’équivalent des légendes de Laurel, si vous préférez. Aujourd’hui, c’est moi qui ai repris le flambeau. Et pourtant, j’en ai bouleversé des traditions, dans ma famille…

Chapitre 2 : Naissances & Changement

Vous avais-je dit que jusqu’ici tous ceux de ma lignée ayant incarné Bakuren était des hommes ? Vous comprendrez alors que le simple fait que je sois une femme ait été inattendu. Il faut croire que ma famille avait eu une chance insolente pour que chaque premier né soit systématiquement de sexe masculin. Car oui, c’est au premier né qu’il incombe la tâche de revêtir l’armure. Non content d’être une femme, je n’étais pas venue au monde seule, ma sœur Faye est arrivée peu après. J’ai précisé que nous étions nées d’un père japonais et d’une mère chinoise ? Le premier m’a nommée, tandis que notre mère a nommé ma sœur. En revanche, nos seconds prénoms sont de l’autre nationalité par rapport à nos prénoms principaux… Mais je diverge. Étant la première née, j’étais celle qui recevrait l’enseignement de mon père pour lui succéder. Cela dit, il m’a confié avoir beaucoup hésité à cette époque ; mais les moyens d’aujourd’hui ne sont pas ceux de l’époque, de nos jours il serait aisé de me faire passer pour un homme sous l’armure. Ma sœur elle, aura tôt fait de s’intéresser au domaine de notre mère, scientifique. Mais c’est mon histoire que je me dois de vous conter.

Chapitre 3 : Formation & Découverte

J’avais largement dépassé les attentes de Père concernant les entraînements. Malgré mon jeune âge, et même étant une fille, j’ai suivi les exercices aussi bien que lui dans sa jeunesse. Au point que je le surpasserais un jour, m’a-t-il dit. Enfin, pour le moment je me battais surtout au bâton et au sabre d’entraînement. Je n’allais pas manipuler de vraie lame avant mes 12 ans. D’ailleurs, ce ne fut pas seulement la première fois que je m’emparai d’une véritable même, mais aussi, inconsciemment, l’éveil de mon don, étant donné que pour la première fois de ma vie les conditions nécessaires à son activation étaient remplies. Ce cri d’acier est la dernière chose que j’aie pu entendre. Peut-être que la force surnaturelle du son que j’ai projeté ce jour-là est due au fait qu’il s’agissait de la toute première utilisation de mon don, car jamais je n’ai atteint à nouveau cette intensité depuis. Je m’en étais même évanouie paraît-il. Probable, je m’étais réveillée à la maison, avec toute ma famille à mon chevet pour apprendre que j’étais sourde. Triste constat ; mais cela ne m’a pas découragé. Si je possédais un don, ça n’était pas par hasard, et je devrais vivre avec, même si ce premier contact aura été loin d’être bénéfique. Mon entraînement repris vite, même s’il était compliqué à cause de mon nouvel handicap. Celui-ci m’a obligé à apprendre à lire sur les lèvres, discipline avec laquelle j’eus des difficultés à l’époque, ce qui n’est plus le cas aujourd’hui.


Chapitre 4 : Dépassement & Perfectionnement

Les années suivantes passèrent très vite.  Non contente de manier à la perfection le Katana, j’avais grandement apprivoisé mon don, et j’avais même appris via des professeurs particuliers à me servir de bien d’autres armes ; mon père étant quasi exclusivement utilisateur du sabre. De plus, comme il endossait aussi l’identité de Bakuren, il n’avait pas tout le temps du monde pour m’enseigner ce qu’il savait. J’ignorais si ma surdité m’avait emplie de détermination, ou d’un désir de me dépasser, mais c’est ce que j’ai fait. J’étais fin prête à marcher sur les traces de ma lignée plus tôt que prévu, sans compter que de son côté, Faye m’avait préparée une armure sur mesure. Avec tout ce qu’il fallait pour me faire passer pour un homme.
Je suis une femme, je suis sourde, j’ai une armure dotée de technologie et je ne suis pas spécialisée uniquement au sabre…. J’ignore combien de traditions j’ai brisé de ma simple existence.

Chapitre 5 : Une retraite anticipée

Ce fut peu après ma majorité (mes 21 ans, donc) que j’ai dû succéder à mon père… En effet, ce dernier fut victime d’un accident qui l’empêcherait d’exercer plus longtemps son rôle parmi les 6 Gardiens. Non, il n’était pas mort, fort heureusement, cependant, son bras gauche fut tranché net lors d’une altercation avec un criminel qui semblait avoir une aversion toute particulière pour Bakuren. Ce dernier se vanta quelques jours de sa victoire avant de disparaître dans la nature… Il a été ma cible principale lorsque j’enfilais enfin officiellement mon armure ainsi que ma nouvelle double-identité, mais les criminels courraient toujours. L’épéiste ayant vaincu mon père attendrait, le moins longtemps possible, cela dit.
Bakuren a toujours écopé de nombreuses rumeurs quant à son identité. Et une succession aussi rapide de mon père n’avait pas manqué de faire jaser tout le japon. Certains pensaient qu’effectivement Bakuren n’était pas qu’une personne, d’autres croient qu’il est un dieu, d’autre encore qu’il est un esprit possédant des armures.
J’avais repris le flambeau, et avec brio. J’enchaînais les arrestations de criminels, si bien que mes efforts et ceux des autres Gardiens réunis auraient presque pu faire que la police se tourne les pouces, bien que ça ne fût pas vraiment le cas. Je m’étais refusé à user de mon don en mission, ne le réservant qu’en extrême urgence. Personne n’était au courant de ce talent à par ma famille et les autres Gardiens ; un atout majeur dont la surprise pourra bien me sortir d’un mauvais pas.

Chapitre 6 : Tranquillité et honneur restauré

Ma sœur et moi avons longtemps couru après ce mystérieux bretteur criminel, avant de retrouver sa trace. Il était tueur à gages et vivait reclus depuis mon retour anticipé, vivant de vols. C’est par son employeur de l’époque que nous avons eu l’information. Après son arrestation, évidemment. L’assassin ne m’accueillit pas à bras ouvert, mais ne me sauta pas non plus immédiatement dessus lorsque je le trouvai enfin. Il m’a juste dit qu’il m’attendait depuis trop longtemps maintenant avant de sortir sa lame. Je fis de même, l’heure n’était en effet pas aux palabres. L’affrontement était long, notre endurance à tous deux était mise à rude épreuve. Même si j’avais en face de moi l’homme qui avait sali ma lignée, je ne peux encore aujourd’hui nier son talent et sa force. Si bien que je fus forcée de révéler mon don au grand jour… Tous deux lassés de ces passes d’armes, nous nous sommes arrêtés, nous observant longuement face à face. Une ultime attaque pour décider de l’ultime vainqueur de cet affrontement. Il s’élança, moi de même. Mais ce ne fut pas une attaque que j’ai alors effectué. Je fis virevolter ma lame dans le vent, faisant à proprement parler rugir ma lame, lui faisant hurler sa rage et son désir de vengeance quant à son ancien propriétaire. Mon adversaire ne s’y attendait évidemment pas, et il en baissa sa garde.
Une ultime attaque pour décider du vainqueur de cet ultime affrontement. Et je fus ce vainqueur. De toute ma vie de justicière, ce fut la première personne à qui j’ai ôté la vie. Avant de rejoindre l’autre monde, il fit sa dernière volonté, voir le visage de celui qui l’avait battu. Je le lui ai accordé, j’ignore encore si sa stupéfaction aura accéléré son trépas ; après avoir vu non pas celui mais celle qui l’avait vaincu. Je fus bien sûr acclamée de retour chez moi, même si de mon point de vue, je me sentais mal  d’avoir dû utiliser la ruse et d’avoir la mort d’un autre sur la conscience. Cependant, si ça n’avait été lui, c’aurait été moi.

Chapitre 7 : Nouveaux horizons
J’avais 31 ans quand je me suis rendue à Laurel avec Faye. Les efforts des Gardiens combinés avec ceux de la police avaient été efficaces, d’autant plus que la mort d’un des plus grands tueurs à gages du pays ne fit que renforcer cette avancée de la justice contre le mal. La ville n’était pas totalement en paix, mais il pouvait largement se passer de moi. Ce que l’on entendait à propos de Laurel était moins joyeux cependant, là-bas, beaucoup plus de dotés s’affrontent pour leurs idéaux ; le centre des Jokers nous a contacté, ayant eu vent de la tranquillité nouvelle du territoire protégé par les Gardiens, ils nous ont proposé de leur envoyer du renfort afin d’assister les héros dans la traque du crime. Cela fait maintenant un an que j’ai accepté cette offre, et je ne le regrette pas. Ma plus grande force étant ma maîtrise des lames, je me fis rapidement engager comme cuistot dans un restaurant japonais après une petite démonstration. Je possède un pavillon dans le quartier dit « vieux » de la ville, loin des allées à la limite futuristes de Laurel. Le crime court encore, mais Bakuren est là pour rejoindre la lutte en faveur de la Justice.



Toi, derrière ton écran

❝ Pseudo : Akinoden ou Guérant Nerval pour les intimes !
❝ Âge : 19
❝ Avatar : Momiji de Ninja Gaiden pour Daïshi et Kakumen de Blazblue pour le costume
❝ Passions & Hobbies : Des choses
❝ Découverte du forum : J'y suis depuis un an environ
❝ Un petit mot pour la fin : mot






Dernière édition par Daïshi M. Hane le Mer 13 Jan - 21:36, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 913

MessageSujet: Re: だいし || ハクメン Sam 28 Nov - 15:51

Coucou Daï !
Des nouvelles de ta fiche ? :3

_________________

Je suis le Papa des meilleurs poussins de l'univers! *-*

Avatar:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hssup.forumactif.org
❝ LOCALISATION : En train d'arpenter les rues ou d'innover à domicile.
❝ POINTS : 449

MessageSujet: Re: だいし || ハクメン Sam 28 Nov - 18:15

Bonsoir!

la fiche avance, mais avec les partiels de la semaine qui vient, j'ai pas vraiment le temps de finir son histoire (qui est déjà bien entamée sur mon document texte)
j'essaierais de finir pour le week end prochain :3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 913

MessageSujet: Re: だいし || ハクメン Ven 8 Jan - 20:46

Ma petite Daïshi,
Où en es-tu?

_________________

Je suis le Papa des meilleurs poussins de l'univers! *-*

Avatar:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hssup.forumactif.org
❝ LOCALISATION : En train de méditer sous une cascade
❝ POINTS : 174

MessageSujet: Re: だいし || ハクメン Mer 13 Jan - 19:59

Malgré des pertes de fiche suite à la mort d'un PC, malgré les cours, malgré la démotivation de recommencer sans cesse et même malgré les trolls des piles de ma souris et de la box qui a planté juste avant que j'édite

Après plusieurs mois depuis que j'ai commencé à l'écrire (sachant qu'elle devait être mon DC et non TC)

Cette fiche est terminée. Berdol de bisque, achievement get. Si y'a rien à corriger je suis au paradis. Bonne lecture et merci d'avance pour avoir fait preuve d'autant de patience.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ POINTS : 913

MessageSujet: Re: だいし || ハクメン Mer 13 Jan - 21:53

tu es validée !


Tu es dès à présent un joker prodige au niveau 27. Tu peux maintenant disposer de tout ton matériel de héros!

Tu peux tout d'abord venir nous dire ton don et ton métier ainsi que réserver ton avatar.

Ensuite, tu pourras créer ton journal et commencer à gagner de l'expérience en participant activement au forum. Tu peux également t'inscrire dans le sujet recherche de RP ou, si tu veux faire des rencontres totalement imprévues, dans la random roulette!

Si tu as une question, n'hésite pas à nous en faire part, le staff est là pour t'aider au mieux et pour t'aiguiller vers la bonne voie.
Bonne chance dans la ville des héros!

_________________

Je suis le Papa des meilleurs poussins de l'univers! *-*

Avatar:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hssup.forumactif.org
❝ POINTS : 913

MessageSujet: Re: だいし || ハクメン Ven 6 Mai - 21:09

Car le temps passe


❝ Age : 33 ans

❝ Date d'anniversaire : 20 Mars

❝ Résumé des événements: Rien à signaler, sinon une rencontre plus approfondie avec Arthur, avec qui elle n'avait jusque la que des relations professionnelles entre Jokers

_________________

Je suis le Papa des meilleurs poussins de l'univers! *-*

Avatar:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hssup.forumactif.org
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: だいし || ハクメン

Revenir en haut Aller en bas

だいし || ハクメン

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heroe's SUP :: Paperasse :: Les Inscriptions :: Les admis-
Partenaires
bouton partenariat

Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forumactif.com